Le PDG du conglomérat industriel japonais Toshiba, Hisao Tanaka, a démissionné mardi après avoir été nommément désigné parmi les responsables d’irrégularités dans la présentation des comptes pour un montant estimé à plus d’un milliard d’euros sur plusieurs années, a annoncé le groupe.

Deux de ses prédécesseurs, Norio Sasaki, aujourd’hui vice-président du conseil d’administration, et Atsutoshi Nishida, conseiller spécial, ont aussi décidé de quitter leurs fonctions pour les mêmes raisons, de même que cinq autres membres du conseil d’administration, a précisé l’entreprise dans un communiqué.

«Nous présentons toutes nos excuses aux actionnaires et investisseurs pour les irrégularités comptables de 151,8 milliards de yens (1,1 milliard d’euros) sur les années 2008-2009 à 2013/2014 révélées dans un rapport d’un comité d’experts indépendants, ainsi que pour la non-présentation des comptes de l’année 2014/2015», a écrit Toshiba une demi-heure après la clôture de la bourse de Tokyo.

«Tenant compte de cet état de fait, le PDG, le vice-président du conseil d’administration (et cinq autres administrateurs) ont présenté mardi leur démission, de même que M. Nishida, conseiller spécial», a expliqué l’entreprise. Ce total correspond à environ la moitié du conseil d’administration.

L’actuel président de cette instance, Masashi Muromachi, qui n’a traditionnellement pas de rôle exécutif, va prendre «temporairement» les commandes du groupe. M. Muromachi avait enchaîné les postes de directeur général adjoint du groupe puis d’administrateur depuis le début des années 2000.

Toshiba doit désormais tout faire pour présenter mi-septembre ses comptes de 2014/2015, avant une assemblée générale extraordinaire des actionnaires qui devrait être appelée à valider la nomination d’un nouveau patron.

L’action du conglomérat s’est envolée mardi, gagnant 6,13% à 399,9 yens à la clôture, avant l’annonce de la démission de M. Tanaka qui aurait eu du mal à se maintenir en place après les conclusions portées à son encontre par le comité d’experts indépendants.

«Nous avons mis au jour le fait que des irrégularités comptables ont été commises continuellement» et «cela a été fait sur des décisions de la direction», est-il écrit dans le rapport de cette instance ad hoc.

Dans le document de synthèse consulté par l’AFP, M. Tanaka (64 ans) est personnellement accusé d’avoir demandé de différer des pertes, de même que son prédécesseur Norio Sasaki (66 ans), désormais au poste de vice-président du conseil d’administration. Une conférence de presse de M. Tanaka était prévue mardi.

L’actuel conseiller spécial de la direction, Atsutoshi Nishida, qui était patron avant MM. Sasaki et Tanaka, est lui aussi considéré comme coupable des mêmes pratiques de pression sur des collaborateurs pour leur faire dissimuler de mauvais chiffres.

Avant une enquête officielle

En toute logique devrait débuter sous peu une enquête, officielle cette fois, des autorités financières et boursières.

Le titre avait dévissé d’un quart de sa valeur depuis le début de la crise en avril avec un communiqué de Toshiba annonçant un audit interne sur ses comptes. Le groupe avait été alerté de possibles inexactitudes par les autorités financières.

Après une première évaluation des éventuels manquements concernant des calculs de dépréciations et provisions sur les années antérieures, le conglomérat a décidé de reporter la présentation de ses résultats financiers de 2014/2015 avant de nommer un comité indépendant pour éplucher les comptes antérieurs. C’est le rapport de ce dernier qui a été remis lundi.

Entre-temps, Toshiba, un mastodonte tentaculaire qui fabrique aussi bien des semi-conducteurs que des lave-linge, téléviseurs, ordinateurs, ascenseurs, robots ou réacteurs nucléaires, avait demandé à ses près de 600 filiales de passer leurs états financiers et méthodes au peigne fin.

Le groupe avait sur cette base estimé que ses erreurs se montaient à environ 55 milliards de yens (400 millions d’euros), une somme qui était donnée «provisoirement» et pouvait, prévenait-il, être remise en cause par les experts extérieurs désignés par lui-même.

Or c’est précisément ce que ces derniers ont fait en estimant que les irrégularités étaient quasiment égales au triple de cette somme.

Au vu des récents développements, l’agence de notation financière Standard & Poor’s a menacé mardi d’abaisser d’un cran la note de Toshiba dont le niveau de trésorerie pourrait tomber «à un degré incompatible avec l’appréciation actuelle».