Regards croisés: alors que la crise du Covid-19 a révélé les limites d’une économie globale dépendante des échanges internationaux, la guerre en Ukraine creuse ses faiblesses. Une occasion pour repenser la mondialisation? Deux journalistes du «Temps» prennent position

Lire aussi: La fin de la mondialisation à prix cassé

Si la mondialisation se définit comme la libre circulation des marchandises et des services, des capitaux, des hommes et des femmes, et enfin des technologies, alors, elle a de beaux jours devant elle. Après tout, ce phénomène a sorti des millions de personnes de la pauvreté dans les pays du Sud, tout en permettant aux Etats-Unis et à l’Europe de jouir de produits importés à bas prix.