Revers pour Denner. Moins d’un mois après avoir lancé son système de capsules de café compatibles avec Nespresso, la filiale de Migros doit faire machine arrière et les retirer de suite de ses magasins. Dans une décision prise lundi, le Tribunal de commerce de Saint-Gall lui en a intimé l’ordre. Ainsi, «il est interdit à Denner et X [ndlr: son fournisseur], avec effet immédiat et à titre provisionnel, de vendre, promouvoir, diffuser le café en capsules Denner Expresso Milano, Denner Ethiopian Dream, Denner Indian Sumer et Denner Dolce Vita». Soit toute la gamme des produits proposés depuis le 14 décembre.

Le discounter ne pourra par ailleurs plus utiliser dans ses campagnes publicitaires la mention «Denner – quoi d’autre?», ou encore l’intitulé «compatible avec les machines Nespresso», qui figurait sur le produit. La mesure doit être respectée sous peine d’enfreindre l’article 292 du code pénal.

La filiale de Migros se dit néanmoins confiante

«Denner prend acte de la décision du tribunal. Nous avons maintenant dix jours pour l’analyser. Nous ferons valoir nos droits avec tous les moyens légaux» a expliqué au Temps Nicole Schoewel, porte-parole de la société. L’entreprise se dit confiante sur l’issue de ce cas «étant donné que nous avions analysé la situation juridique avant de nous lancer sur le marché»

Pour sa part, Richard Girardot, directeur général de Nespresso, en mains de Nestlé, a déclaré: «Nous venons de recevoir la décision et l’analysons. A ce stade, nous n’avons pas de commentaire à faire.» Denner a assuré lundi soir que dès ce mardi (aujourd’hui) les capsules de café incriminées seront retirées des rayons et ce dans tous les magasins du pays.

La chaîne d’alimentation, contrôlée par le numéro un suisse de la grande distribution, Migros, était le troisième acteur à venir concurrencer l’an passé Nespresso (2,77 milliards de francs de vente en 2009, en hausse de 22% sur 2008). Il venait après Ethical Coffee Company. Cette société fondée par Jean-Paul Gaillard, un ancien de Nespresso, visait d’abord le marché français, avant de se développer en Suisse en principe cette année. Le groupe américain Sara Lee a, lui aussi en France, lancé ses propres capsules, sous la maque «L’Or espresso» de Maison du Café.

Lors de l’annonce de Denner en décembre, Nespresso indiquait que «si nécessaire, Nestlé prendra les mesures adéquates pour défendre sa propriété intellectuelle». Jean-Paul Gaillard, quant à lui déclarait: «Je doute fortement que Nestlé aille chatouiller Denner sur ce terrain. Le seul levier de croissance du groupe en Suisse est justement Migros. Il ne peut se permettre de se fâcher avec le géant orange (ndlr: chez Coop, les produits Nestlé sont largement représentés)». En avril dernier, il déclarait s’être lancé en France «pour des raisons qui touchent au droit de la concurrence, qui est plus favorable au consommateur dans l’Union européenne. En Suisse, Nestlé aurait pour le moment plus de marge manœuvre pour facilement nous taquiner.»