La justice zurichoise n’enquêtera pas sur Boris Collardi suite à la dénonciation anonyme qu’elle a reçue en février. L’avocat du banquier, l’a confirmé au Temps samedi matin. «Aucune enquête ne sera ouverte par le parquet zurichois sur la base de ce courrier anonyme, pas même une procédure préliminaire», déclare Peter Nobel, une figure du barreau zurichois, associé chez Nobel & Hug. Vendredi, le ministère public zurichois avait déclaré au Temps qu’aucune procédure n’était en cours.

En février, la police zurichoise avait reçu un courrier anonyme l’invitant à s’intéresser à Julius Baer. L’existence de cette dénonciation avait été révélée le 12 juin par le blog Inside Paradeplatz, spécialisé dans la place financière zurichoise. Le parquet zurichois avait alors indiqué qu’il évaluait la possibilité qu’il existe des soupçons initiaux de faute pénale. Lorsqu’un ministère public reçoit une dénonciation de ce genre, il doit dans un premier temps déterminer s’il y a matière à ouvrir une enquête. Techniquement, la plainte n'est pas classée, précise encore l'avocat Peter Nobel, «mais la décision a été prise de ne pas y donner suite». 

Basée sur l'enquête de la Finma contre Juluis Baer

Selon nos informations, cette missive contenait des éléments de l’enquête que venait de publier la Finma sur des manquements constatés au sein de la banque en matière de lutte contre le blanchiment entre 2009 et 2018. Cette période coïncidait presque exactement avec le mandat de directeur général de Boris Collardi. Le banquier originaire de Nyon avait annoncé son départ de Julius Baer fin 2017, pour devenir associé de Pictet mi-2018.

Ces dernières semaines, la presse alémanique a multiplié les articles affirmant que la position de Boris Collardi au sein de Pictet serait fragilisée s’il était personnellement sanctionné par la Finma ou suite à cette dénonciation anonyme. Après la publication de son rapport en février, l’Autorité des marchés avait déclaré que des poursuites contre des individus pourraient être lancées, sans plus de détails. La Finma mène actuellement une procédure d’enforcement contre Juluis Baer, concernant le cas d’un client Argentin soupçonné de blanchiment, pour des faits compris entre 2007 et 2016.