La fable pourrait s'intituler: «Le gros contribuable et la petite commune». «En 120 ans de vie de couple, la commune de Ballaigues et la société Maillefer ont certes connu quelques moments difficiles, mais elles n'imaginaient plus vivre l'une sans l'autre», raconte Raphaël Darbellay, son syndic.

En 1995, l'arrivée au village d'un bel américain aurait pu briser ce couple séculaire. C'est le contraire qui a fini par se passer, et une centaine d'invités étaient présents hier pour fêter cehappy endsous la forme de l'inauguration d'un nouveau centre de conditionnement à 7 millions de francs.

En douze ans, le vaudois Maillefer s'est considérablement développé dans le giron du groupe Dentsply. Son chiffre d'affaires est passé de 50 à 260 millions de francs, et son personnel a doublé, pour atteindre 800 salariés.

Dentsply est le premier fabricant mondial d'instruments dentaires. L'usine Maillefer de Ballaigues est ainsi devenue l'un de ses 30 centres de production et s'est spécialisée dans la fabrication de fraises et de petits instruments manuels. Maillefer réalise 70% de ses ventes au sein du groupe Dentsply, qui exporte ses produits dans plus de 110 pays. Une ouverture à l'international qui fait la fierté de Jim Mosch, vice-président du groupe: «Dentsply est une exception parmi les grands groupes américains puisque nous réalisons 60% de notre chiffre d'affaires en dehors des Etats-Unis.»

La nouvelle usine, qui a pris place en contrebas du village de Ballaigues, emploie 75 personnes et tourne 24 heures sur 24, cinq jours par semaine. Le centre procédera à la désinfection et à l'emballage de plus de 1 million d'instruments par jour, le tout selon des standards très sévères. Cet investissement a en effet été rendu nécessaire par l'introduction de nouvelles normes d'hygiène dans la fabrication des instruments dentaires, notamment en Grande-Bretagne, après la découverte d'un risque de transmission entre humains de l'encéphalite spongiforme bovine (ESB).

«La principale raison de cette construction est de prévenir la contamination croisée de nos instruments», confirme le directeur Pierre-Luc Maillefer. Ce dernier entend poursuivre son expansion en créant une cinquantaine de postes l'an prochain. Le marché de la santé assure un excellent potentiel à l'entreprise de Ballaigues, puisque «la demande en soins dentaires augmente avec le vieillissement de la population», remarque le petit-fils du fondateur.