Swiss Re va devoir se trouver un nouveau patron. Créant la surprise, Stefan Lippe, son directeur général depuis février 2009, a décidé d’entrer en retraite de façon anticipée courant 2012. Agé de 56 ans, il aura œuvré durant près de trente ans au sein du réassureur zurichois.

Entré en fonction durant une période difficile, Stefan Lippe a remis le groupe sur la voie des profits, a souligné lundi Swiss Re. Natif de Mannheim, l’Allemand, alors responsable des opérations du numéro deux mondial de la réassurance, a succédé le 12 février 2009 au franco-suisse Jacques Aigrin, débarqué avant l’annonce d’une lourde perte de 864 millions de francs au titre de l’exercice 2008.

Prise dans la tourmente de la crise en raison d’une exposition excessive à des produits financiers à risques, la multinationale zurichoise a alors décidé de se recentrer sur son cœur de métier, la réassurance. Pour réaliser cet objectif, elle a fait appel à un spécialiste, alors que son prédécesseur venait lui de la banque d’affaires.

Stefan Aigrin avait rejoint Swiss Re en 2001, pour en devenir patron début 2006, après avoir entamé sa carrière chez JP Morgan. Sous sa houlette, le réassureur a multiplié ses engagements dans des produits financiers structurés devenus toxiques, qui l’ont contraint à inscrire un amortissement de 5,9 milliards de francs en 2008.

Base de capitaux reconstituée

Cité dans le communiqué, le président du conseil d’administration de Swiss Re, Walter Kielhoz, regrette la décision de Stefan Lippe. Sous sa direction, le réassureur a non seulement renoué avec les profits, mais a également reconstitué ses fonds propres. Le groupe est même parvenu à rembourser de manière anticipée un emprunt convertible de 3 milliards de francs du fonds Berkshire Hattaway du milliardaire américain Warren Buffet.

Dans le cadre du mandat de Stefan Lippe, Swiss Re a aussi vu sa notation financière s’améliorer, l’agence Standard & Poor’s (S&P) relevant la sienne d’un cran à «AA-» il y a moins de deux mois. S&P a notamment souligné la position très compétitive du réassureur sur le marché.

Swiss Re précise vouloir engager très rapidement le processus de succession de Stefan Lippe, afin d’assurer une transition en bon ordre. Avec la réalisation de tous les objectifs visés, la compagnie peut aborder une nouvelle ère, a pour sa part commenté le patron sortant, également cité dans le communiqué.

Avant d’occuper les fonctions de responsable des opérations à partir de septembre 2008, puis de patron du groupe dès février 2009, Stefan Lippe a mené les activités de souscription des deux divisions du groupe, Dommages, Responsabilité civile et Accidents (Property & Casualty) ainsi que Vie et Santé (Life & Health). Il a dirigé la première de 2001 à 2005.

Investisseurs déstabilisés

Stefan Lippe a rejoint la direction élargie de Swiss Re en 1995 en tant que responsable de Bayerischen Rück. Après des études de mathématiques et d’économie à l’Université de Mannheim, Stefan Lippe a entamé sa carrière en 1983 au sein de la filiale allemande du réassureur zurichois, pour en prendre la direction générale en 1993.

Les investisseurs n’ont pour leur part guère goûtée l’annonce surprise du patron de Swiss Re. Vers 10h40 à la Bourse suisse, le titre du réassureur ne lâchait pas moins de 1,76% par rapport à la clôture de vendredi à 48.60 francs, l’indice des valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) se repliant dans le même temps de 0,39%.