Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Depuis le début de l'année, la paire EUR/USD a tendance soit à ignorer les facteurs macroéconomiques en naviguant latéralement, soit à réagir sensiblement, causant de fortes variations du cours.
© THOMAS WHITE/Reuters

Chronique des changes

En dépit des pressions de Donald Trump, la Fed devrait poursuivre son resserrement monétaire

La guerre commerciale induit une volatilité accrue sur le marché des changes, notamment sur la paire euro/dollar

La guerre commerciale engagée par l’administration Trump reste un facteur d’influence majeur sur les marchés financiers internationaux et induit une volatilité accrue sur celui des changes. C'est effectivement le cas pour la plupart des parités des monnaies dont les flux financiers restent importants et dont le dollar fait partie intégrante.

En effet, si l’on prend l'exemple de la parité EUR/USD, bien qu’elle se traite à la baisse depuis le début de l’année, son algorithme évolue entre deux extrêmes. Elle a tendance soit à ignorer les facteurs macroéconomiques en naviguant latéralement, soit à réagir sensiblement, causant de fortes variations du cours (à la hausse comme à la baisse). Cela a été le cas durant le second semestre de 2014 ou plus récemment entre mi-avril et fin mai 2018. Aujourd’hui, nous constatons que la parité demeure relativement stable, cela malgré les récents rendez-vous impliquant Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et Donald Trump, président des Etats-Unis, sans oublier la réunion de la Banque centrale européenne.

A lire: Quand Trump veut changer les règles

Par ailleurs, à la suite des annonces faites par Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale (Fed), à l’occasion de son discours devant le Sénat ainsi que du compte rendu du comité de la Fed du mois de juillet, les cambistes ont de quoi se réjouir. Comme la Fed l’a laissé sous-entendre, il n’est plus question de repousser la hausse de ses taux directeurs entre 2018 et 2019. Excepté une éventuelle détérioration de l’environnement économique et financier, il est prévu que l’autorité monétaire entame deux hausses de taux cette année, puis une ou deux l’année suivante. Une aubaine pour les bulls du billet vert.

Reste à savoir si ces prévisions vont pouvoir se concrétiser puisque Donald Trump pourrait contester verbalement les hausses de taux, lui qui s’est permis de fustiger les mesures prises par la Réserve fédérale. La pierre d’achoppement constituera sans conteste la poursuite du resserrement monétaire et ses conséquences néfastes sur la croissance des Etats-Unis en induisant une poursuite de la tendance haussière du dollar américain.

A lire: Le billet vert en pleine indécision

Cependant, cet effet semble se dissiper peu à peu pour le dollar, qui prend le chemin opposé. En mode «auto-pilote» depuis décembre 2016, la longue série de six hausses à hauteur d’un quart de point de pourcentage et à intervalle trimestriel a été suivie par un affaiblissement du billet vert. Cela se constate en observant l’évolution de l’indice du dollar américain (mesure de la valeur du dollar américain contre un panier de devises internationales), qui s’est nettement déprécié (-6,7%) sur la période. Cela peut s’expliquer par la fin des Accords de Bretton Woods (dans lesquels le système monétaire international avait pour monnaie de référence le dollar) et les mesures protectionnistes excessives, qui ont des conséquences néfastes sur la monnaie américaine, laquelle se traite latéralement depuis l’intensification des mesures tarifaires exercées depuis juin 2018.

Attendue le 1er août 2018, la réunion du Federal Open Market Committee (organe décisionnel de la Fed) devrait maintenir le ton et confirmer la bonne santé de l’économie américaine, justifiant ainsi une troisième hausse de taux cette année dans le cadre de sa réunion du 26 septembre 2018. Une nouvelle augmentation est également attendue durant le mois de décembre 2018, alors que deux autres majorations sont possibles pour 2019. Néanmoins, une escalade des sanctions tarifaires des Etats-Unis contre leurs partenaires commerciaux (Union européenne, Chine, Canada, Mexique) pourrait forcer la Fed à modifier sa feuille de route, une option que la banque centrale américaine souhaiterait éviter à tout prix.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)