L'indice Tankan de confiance des grandes entreprises manufacturières a reculé de 8 points en septembre, à -3 contre +5 au deuxième semestre (avril-juin). Cette situation reflète la hausse du chômage, l'inflation des prix alimentaires et énergétiques ainsi que la baisse générale du climat de confiance chez les consommateurs. La crise financière américaine qui fait de l'ombre sur l'économie mondiale n'arrange rien: la déprime s'installe au Japon.

Les conséquences ne se font pas attendre. L'industrie automobile, l'épine dorsale de l'économie japonaise, a enregistré, entre avril et septembre 2008, les pires ventes depuis trente-quatre ans. Elles ont baissé de 2,9% par rapport à la même période de l'année dernière.

La production des douze principaux constructeurs a connu une chute de 11% en août, la plus brutale en dix ans. Les exportations en direction des Etats-Unis, le principal marché, ont diminué de 20%, du jamais-vu depuis cinq ans. Au pays, les prochains mois ne s'annoncent pas meilleurs pour l'industrie automobile, notamment à cause du pouvoir d'achat qui stagne et aussi à cause des bouchons réguliers sur les routes, qui favorisent les transports publics.

Mieux qu'en 2002

Les perspectives sont toutefois meilleures qu'elles n'en ont l'air. L'indice Tankan est moins mauvais que le plancher de -38 points atteint en 2002. Selon des spécialistes nippons cités par l'AFP, la plupart des entreprises ont mené des réformes ces dernières années et se retrouvent en meilleure santé financière qu'il y a six ans.

L'enquête Tankan, réalisée du 27 août au 30 septembre, montre que les grandes entreprises iront de l'avant avec leur programme d'investissement. Pour l'exercice 2008-2009, elles comptent injecter 1,7% de plus par rapport à l'année précédente.