Le charbon est vilipendé tant il pollue, toujours plus craint des investisseurs et promis au déclin. En 2020, pendant la pandémie, la planète en a brûlé 4,2% de moins qu’en 2019, la plus grande baisse jamais enregistrée, selon un rapport de référence du groupe BP publié le 8 juillet. L’année 2014 semble définitivement être celle du pic de la consommation de charbon (là où pour le pétrole, on attend encore). Et pourtant ses cours flambent.