En passe d'être racheté par Microsoft, l'éditeur américain de jeux vidéo Activision Blizzard a publié jeudi des résultats sensiblement inférieurs aux attentes, faute d'avoir pu suffisamment capitaliser sur les tendances actuelles, notamment l'explosion des jeux sur smartphone.

Le groupe de Santa Monica (Californie) a enregistré un chiffre d'affaires de 2,16 milliards de dollars (1,9 milliard de francs) au quatrième trimestre 2021, en baisse de 10% sur un an et très en deçà des 2,82 milliards attendus par les analystes.

La hausse du mobile insuffisante pour pallier la baisse des suages sur consoles et sur PC

Activision Blizzard a souffert d'un très net ralentissement des ventes sur console (-31%) et, dans une moindre mesure, sur PC (-12%), qui n'a été que partiellement compensé par la croissance du chiffre d'affaires sur mobile (+18%).

Durant les trois derniers mois de 2021, le chiffre d'affaires d'Activision et de Blizzard, qui sont encore deux entités séparées au sein d'un même groupe, a diminué. Seul King, créateur de "Candy Crush" et en pointe dans les jeux mobiles, s'est inscrit en croissance.

Signe que l'éditeur veut développer son offre sur smartphone, Activision a annoncé jeudi l'arrivée en 2022 d'un jeu entièrement conçu pour mobile et déclinaison du jeu World of Warcraft, l'un des grands succès maison.

Le groupe prévoit aussi la sortie de Diablo Immortal, version mobile de sa franchise Diablo, attendue depuis plusieurs années.

Le pari de Microsoft

Mi-janvier, Microsoft a annoncé l'acquisition d'Activision Blizzard pour 68,7 milliards de dollars, soit la plus grosse opération de l'histoire de l'industrie des jeux vidéo. Le rachat doit être finalisé durant l'année fiscale 2023 de l'exercice décalé de Microsoft, soit entre juillet 2022 et juin 2023.

Relire: En achetant Activision-Blizzard pour 69 milliards de dollars, Microsoft réalise un coup historique

Le géant informatique a mis la main sur Activision Blizzard notamment pour augmenter son offre dans les jeux mobiles.

Au quatrième trimestre, Activision Blizzard a aussi pâti de la décélération des ventes de jeux proprement dits (-25%), un recul que la société n'est pas parvenue à atténuer avec les achats intégrés (in-game), c'est-à-dire réalisés dans le jeu lui-même, devenus l'un des poumons du secteur.

Les revenus tirés de ces achats intégrés, des abonnements à World of Warcraft ainsi que des royalties ont même légèrement baissé durant le trimestre (-1,8%).