L'appétit des investisseurs pour les risques naturels ne se dément pas. Allianz a bouclé, mardi, le placement de 150 millions de dollars d'obligations catastrophes à cinq ans. Cet emprunt pourra être porté à un milliard d'ici à cinq ans, précise Swiss Re qui a assisté l'assureur allemand dans cette opération.

Ces titres, également appelés «cat bonds», offrent une rémunération très attractive (taux Libor+ 315 points de base, soit 8,4% environ). Toutefois, la survenance de catastrophes naturelles définies à l'avance expose l'investisseur à des pertes sur son capital. L'intérêt pour les compagnies d'assurance est de transférer au marché une partie de leurs risques. En l'occurrence, Allianz se défausse d'une partie de son exposition à des tremblements de terre aux Etats-Unis (hors Californie) et à des inondations en Grande-Bretagne.

Les ravages de l'ouragan Katrina dans le sud des Etats-Unis en 2005 ont conduit les assureurs et leurs réassureurs à mieux répartir leurs risques. Des hedge funds, fonds de pension et autres gérants d'actifs se sont montrés prêts à les assumer contre rémunération. L'année passée, plus de 4,9 milliards de dollars de «cats bonds» ont été émis, portant leur encours à plus de 8,5 milliards de dollars.

Outre une rémunération élevée, les investisseurs apprécient l'absence de corrélation entre le déchaînement des forces de la nature et l'évolution des marchés financiers. Autrement dit, les «cat bonds» améliorent le profil risque des portefeuilles.

Rendements à deux chiffres

A ce jour, un seul «cat bond», lié à Katrina, a fait perdre de l'argent à ses souscripteurs. En 2006, l'absence de catastrophes majeures leur a profité. Beaucoup d'investisseurs ont obtenu des rendements à deux chiffres, d'après des professionnels. Sur la période de 2002 à 2007, les obligations catastrophes ont rapporté en moyenne 9,3% par an, contre 9,0% pour des obligations classiques de risque comparable (BB), estime Swiss Re.

Les quelques fonds de placements spécialisés disponibles en Suisse ont servi des rendements plus modestes. Le fonds AIG Div. CAT Bond, par exemple, s'est apprécié de 3,79% en dollars en 2006. Son concurrent de Clariden Leu a gagné 8,67% en dollars sur la même période.

Les rendements pourraient ne pas être aussi élevés cette année. En effet, la saison 2007 des ouragans s'annonce plus active que la moyenne aux Etats-Unis, d'après les premières pr

évisions. Mais d'une part, le même pronostic avait été fait l'année passée. D'autre part, tous les «cats bonds» ne concernent pas les Etats-Unis. Les typhons et tremblements de terre au Japon, et les accidents météos en Europe sont aussi couverts.