Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le haut-parleur Wonderboom, lancé ce mercredi par Logitech sous la marque Ultimate Ears, est le plus récent appareil produit sous les ordres du designer Alastair Curtis.
© Logitech

Technologie

Comment le design a sauvé Logitech

Alastair Curtis est le designer en chef de Logitech depuis 2013. Et c’est depuis cette année-là que l’action de la société a quadruplé, grâce au lancement de produits innovants supervisés par le Britannique. De passage mercredi à Lausanne, il a expliqué sa stratégie

Les actionnaires de Logitech ne le connaissent pas. Mais ils peuvent être reconnaissants envers cet homme de l’ombre. Alastair Curtis est le designer en chef de Logitech depuis 2013. Et c’est justement depuis cette année-là que la valeur de l’action de l’entreprise a plus que quadruplé, passant de 7 à 31,55 francs aujourd’hui. Au bord du gouffre en 2012, Logitech a pu ressusciter notamment grâce au design innovant de ses nouveaux produits. De passage mercredi soir à l’IMD dans le cadre des «X.Days Suisse Romande» organisés par la «NZZ», Alastair Curtis a livré ses recettes.

Avant de commencer chez Logitech, Alastair Curtis œuvrait pour Nokia – c’est lui qui a supervisé le téléphone 3210, devenu symbole de la marque finlandaise. «En 2013, Logitech ne donnait pas vraiment envie de travailler chez eux, explique le designer. La société avait un logo désuet et était connue pour ses claviers et souris en plastique noir. Mais j’ai vu que Logitech possédait des designers intéressants et que, surtout, son nouveau directeur croyait à l’importance du design.» Ce directeur, c’est l’Américain Bracken Darrell, issu de Whirpool et qui recentrera Logitech vers le client.

Quatre principes

Pour relancer Logitech, Bracken Darrell et Alastair Curtis définissent quatre principes de base pour tous les départements de l’entreprise, qui peuvent se traduire en français par «créer un cadre, définir une vision, affiner le tout et parvenir à un résultat». «C’est hypersimple, poursuit Alastair Curtis, mais cela marche. L’entente avec Bracken Darrell a été immédiate et nous avons insufflé ces principes dans toute l’entreprise. Logitech était une société avec une équipe de designers: c’est devenu une entreprise de design, qui irradie tout le personnel». En parallèle, Alastair Curtis parvient à débaucher des designers de Nike, de Samsung, de Microsoft ou de Nokia. «Cela a créé des conflits très enrichissants, avec leurs visions et expériences différentes», poursuit le designer.

Alastair Curtis a «l’obsession du consommateur», slogan qu’il répète sans cesse lors de sa présentation. «Tout doit être centré autour du client. C’est lui qui, via le bouche-à-oreille ou les réseaux sociaux, est notre meilleur responsable marketing. Il a fallu réécouter les besoins des clients.» Ainsi, l’équipe chargée de créer des produits pour les mordus de jeux vidéo travaille en interaction permanente avec des «gamers» professionnels.

Haut-parleur innovant

Le designer fait sensation, il y a trois ans, en lançant le haut-parleur UE Boom, dont le design cylindrique détonne. Mercredi, une nouvelle version, le Wonderboom, était d’ailleurs lancée. Alastair Curtis simplifie aussi les produits: «Nous avions quinze emballages de souris différents, nous n’en avons plus qu’un. Nous sommes passés de quinze câbles à deux, pour tous nos produits. L’argent économisé nous a permis de créer des produits avec des matériaux de meilleure qualité.»

Le designer s’intéresse aussi à l’évolution des appareils. «Le temps où l’on vendait un produit et l’on passait ensuite à autre chose est révolu. Le client veut que sa machine évolue et que la société ait un lien permanent avec lui. C’est pour cela que nous ajoutons sans cesse de nouvelles fonctions à nos haut-parleurs via des mises à jour logicielles et des améliorations de nos applications pour smartphones.» Logitech a aussi revisité sa télécommande pour présentations. L’ancien modèle, bardé de boutons, a été remplacé par le modèle «Spotlight», doté de trois boutons uniquement et faite de métal, froid au toucher – «cela permet de rassurer la personne angoissée avant un discours en public», estime Alastair Curtis.

Croissance continue

Pour l’heure, la croissance de Logitech ne faiblit pas. Il y a trois semaines, la société dont le siège est à Lausanne augmentait ses objectifs pour l’exercice décalé 2017/2018 et annonçait un nouveau programme de rachat d’actions.


Lire également:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)