Depuis quelques années, l'industrie de l'accueil connaît un boom sans précédent. L'hôtellerie bien sûr, mais surtout des secteurs comme les centres de convention, les parcs à thème, les croisières et le catering sont en plein développement. Le savoir hôtelier traditionnel ne suffit plus pour faire face aux nouvelles compétences requises par cette évolution. Il y a deux ans, l'Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) a procédé à une étude de marché auprès de ses anciens étudiants et d'une vingtaine de groupes hôteliers internationaux. Résultat? «Nous avons constaté une demande très importante en gestionnaires spécialisés dans l'industrie de l'accueil», indique Maurice Zufferey, directeur général d'EHL. La haute école spécialisée lausannoise a donc décidé de mettre sur pied un nouveau master en management de l'hôtellerie et des professions de l'accueil, qui débutera en octobre 2001.

Menée en collaboration avec HEC Lausanne, cette formation postgrade propose, outre les matières classiques d'un MBA, des éléments plus spécifiques. «Notre objectif est de coller aux besoins de la branche», explique Maurice Zufferey. Il y aura, par exemple, un cours intitulé «Managing across culturel boundaries» – en anglais dans le texte, car la formation sera dispensée dans la langue de Shakespeare. «Les clients, les partenaires, le personnel proviennent d'horizons culturels différents. Il faut savoir gérer cette diversité», poursuit-il. Autre spécificité de la branche hôtelière: la présence d'un parc immobilier conséquent. Ce thème fera également l'objet d'un enseignement.

Le nouveau master comprend certes des cours théoriques, mais également «une formation par l'action»: études de cas, simulations et petits mandats de consultance. En outre, chaque participant – on ne dit plus étudiant à ce stade – devra mener à bien un grand projet auprès d'une chaîne hôtelière. Technocratique, non? «Absolument pas. C'est même le contraire puisque nous formons nos candidats sur le terrain», objecte Maurice Zufferey. Le corps enseignant sera composé de spécialistes du monde entier, des Etats-Unis et d'Angleterre notamment. HEC Lausanne prend en charge 20% de la formation, sous forme de cours de management généraliste. «Nous ne pouvons que bénéficier de cette collaboration avec une HES à la réputation internationale», déclare Alexander Bergmann, doyen de l'école HEC.

Les conditions d'admission sont strictes. L'aspirant doit, entre autres, être en possession d'une licence universitaire, avoir travaillé deux ans au moins pour l'industrie de l'accueil et parler parfaitement l'anglais. «Nous offrons un programme de très haut niveau. Nos candidats doivent faire la preuve de leur capacité à travailler dur», conclut Maurice Zufferey. A noter que les inscriptions sont ouvertes depuis trois semaines, et que le programme a déjà attiré 10 candidats. Idéalement une classe devrait comporter 35 étudiants, euh… participants.