Le brut va-t-il flamber dans le détroit d’Ormuz? C’est la question à plusieurs milliards de dollars pour l’ensemble du monde pétrolier; des extracteurs aux conducteurs en passant par les négociants ou les pompistes. «Le détroit d’Ormuz est une poudrière», s’alarme Jean-François Lambert. Pour ce consultant spécialisé dans le négoce de matières premières, la situation s’aggrave de jour en jour: «Le monde est dans le déni, mais tous ces gens «raisonnables» pourraient être surpris. La guerre est un engrenage.»

Lire aussi: Le détroit d’Ormuz, ce cordon ombilical du monde