Deutsche Bank a dégagé un bénéfice net supérieur aux attentes au deuxième trimestre, malgré la montée des risques sur ses crédits liée à la récession, selon des chiffres annoncés mardi. Le bénéfice net part du groupe a grimpé de 68% à 1,1 milliard d’euros, dépassant les attentes des analystes.

Après une fin d’année 2008 calamiteuse, Deustche Bank engrange ainsi pour son deuxième trimestre consécutif un bénéfice net de plus de 1 milliard. L’établissement a de nouveau fortement profité de la reprise des marchés des capitaux. Les activités sur les marchés obligataires des pays émergents se sont notamment nettement améliorées, indique-t-il dans un communiqué. Les revenus dégagés par sa division «banque d’investissement» ont ainsi bondi de 84% à 5,3 milliards d’euros.

Parallèlement, la récession donne du fil à retordre à la banque. Ses provisions pour risques sur crédits ont explosé à 1 milliard d’euros, contre 135 millions au deuxième trimestre 2008. Les analystes misaient sur un montant nettement moins élevé, de 659 millions, selon le consensus de Dow Jones Newswires.

Deutsche Bank n’a pas fait de pronostic précis pour 2009, qui dépendra «largement de l’évolution de l’économie mondiale», a indiqué son président du directoire Josef Ackermann, cité dans le communiqué. Il estime sa banque toutefois bien armée pour face aux incertitudes. «Nous avons baissé nos coûts, réduit les risques dans notre bilan et renforcé notre position en matière de liquidités et de capital», a-t-il souligné. Le groupe a ainsi encore amélioré son ratio prudentiel, qui est passé à 11% contre 10,2% à la fin du premier trimestre. Parmi les bons points, il a aussi noté la poursuite d’une stabilisation du secteur bancaire et des marchés financiers mondiaux.

Alors que les craintes d’une pénurie du crédit sont vives en Allemagne, M. Ackermann a enfin assuré que Deutsche Bank remplirait sa mission d’alimenter l’économie en sources de financement. «Nous allons comme jusqu’à présent soutenir nos clients dans cet environnement difficile pour le crédit», a déclaré le Suisse.