Les filiales américaines des banques allemande Deutsche Bank et espagnole Santander ont échoué aux tests de résistance annuels de la Réserve fédérale (Fed) que Bank of America a réussi «sous conditions», selon des résultats publiés mercredi.

Instaurés en 2009 après la crise financière, ces tests évaluent le degré de résistance de 31 géants bancaires opérant aux Etats-Unis en cas de grave crise financière cumulant récession profonde et une flambée du taux de chômage américain à 10%.

Ces grands établissements avaient tous franchi la première phase de ces tests, publiée jeudi dernier et portant sur leur niveau de capital. La deuxième phase, dévoilée mercredi, intégrait à ces calculs l’impact des plans de redistribution de leur capital (dividendes, rachats d’actions…).

«Notre examen […] permet de s’assurer que les plans de distribution de capital ne vont pas compromettre leur capacité à continuer à prêter aux entreprises et aux ménages même pendant une période de graves tensions financières», a expliqué Daniel Tarullo, le gouverneur de la Fed en charge de la régulation financière, dans un communiqué.

Avec seulement deux recalés, le cru 2015 s’avère plus rassurant pour les autorités financières puisque cinq établissements bancaires, dont l’américaine Citibank, avaient été épinglés l’année dernière. La Fed avait, en conséquence, rejeté leurs plans de redistribution de leur capital et exigé leur modification.