Votation

Deux banques cantonales? Moutier pourrait devenir une exception

La Banque Cantonale du Jura veut s’installer dans la ville qui a choisi de changer de canton. Mais la BCBE n’est pas sûre de vouloir s’en retirer

Depuis dimanche soir, Moutier veut officiellement devenir jurassienne. Mais ce n’est qu’en 2021 que la ville prévôtoise pourrait le devenir réellement. Cette lointaine perspective n’a pas empêché la Banque Cantonale du Jura (BCJ) d’y mettre un premier pied. Dimanche soir, les résultats de la votation connus, la BCJ a annoncé son intention d’ouvrir une succursale dans la cité de 7700 habitants.

Lire aussi: Moutier vote pour le Jura

Dans un communiqué, elle «leur souhaite une cordiale bienvenue» et assure qu’elle «entend offrir aux Prévôtois les mêmes services qu’aux habitants du canton du Jura». Les démarches d’implantation seront lancées immédiatement, promet aussi la BCJ.

Une promptitude qui tranche avec le discours de l’un de ses directeurs, Ronald Cramatte, contacté lundi matin par Le Temps: «Si le processus se déroule sans embûches, nous serons à Moutier au plus tard le 1er janvier 2021», assure le responsable du réseau de la BCJ, qui compte trois succursales (Porrentruy, Delémont et Saignelégier) et huit agences. Moutier, un marché à prendre? «Nous en sommes au stade des intentions, il est difficile de parler de volume d’affaires.» Mais dans ce qui deviendra la deuxième ville du canton derrière Delémont, «il y a un potentiel, c’est certain».

Actuellement, ce potentiel est exploité par d’autres banques. Par Raiffeisen, Credit Suisse et Valiant. Mais aussi par la Banque Cantonale de Berne (BCBE), installée à la rue Centrale avec huit employés. «Pour l’instant, rien ne change pour nous», affirme son porte-parole.

Soleure est déjà bernoise

Moutier pourrait donc devenir une exception bancaire. Elle pourrait être la seule ville de Suisse à accueillir deux banques cantonales différentes. Rien, dans la loi, ne l’interdit. Mais il existe une sorte de «gentlemen agreement» selon lequel chacun des 24 établissements, au moins physiquement, ne vient pas empiéter sur le territoire d’un autre.

Il y a des exceptions. En Suisse romande, la Banque Cantonale de Fribourg n’a pas hésité, ces dernières années, à réaliser des affaires, notamment hypothécaires, dans le canton de Vaud. Elle a aussi installé un bancomat en territoire vaudois, à Payerne. En Suisse alémanique, les cas sont moins rares. La Banque Cantonale de Saint-Gall est présente à Zurich. Et la Banque Cantonale de Bâle-Campagne est à Bâle-Ville. La grande Banque Cantonale de Zurich est présente hors de ses terres. Mais dans tous ces cas, c’est surtout pour y exercer des activités de gestion de fortune, et non pas de banque de détail, le premier métier des banques cantonales.

La BCBE, elle, est déjà présente dans d’autres cantons. Elle a étendu son réseau dans le canton de Soleure, qui n’a plus sa propre banque cantonale depuis sa dissolution en 1994, à la suite de la crise immobilière.

Ce sont les clients qui décident

Chacune de leur côté, les deux banques assurent vouloir se concerter. «C’est une situation tellement spéciale que nous devons en parler ensemble», confirme le porte-parole de la BCBE. Celui-ci rappelle aussi que les deux établissements se sont déjà entendus sur un cas particulier. Lors de la création du canton du Jura et de sa banque cantonale, dans les années 1970, «la BCBE avait vendu toutes ses agences à la BCJ».

Aujourd’hui, quelques heures après le vote historique, les deux banques sont déjà d’accord sur un point: ce sont les clients qui décideront. «Si nous avons communiqué si rapidement dimanche soir, c’est parce que des habitants de Moutier ont exprimé leur volonté d’avoir une succursale de la BCJ dans leur ville», justifie Ronald Cramatte. Le son de cloche est identique à Berne: «On ne veut pas faire de la politique, mais si les clients estiment que la BCBE est pertinente à Moutier, nous y resterons.»

Les Prévôtois se sont exprimés dans les urnes dimanche au sujet de leur canton. D’ici à quelques mois, voire quelques années, c’est leur porte-monnaie qui dira si leur banque cantonale doit être jurassienne, bernoise ou s’ils veulent des deux à la fois.

Lire aussi: Notre revue de presse sur Moutier

Publicité