Comme le textile, le marché français de la chaussure est victime de la compétitivité de l'industrie chinoise. Selon la Fédération française de la chaussure, les importations françaises en produits chinois ont augmenté de 40% depuis janvier. Si la demande française demeure vigoureuse, elle s'adresse en réalité tout particulièrement aux modèles chinois, jugés plus compétitifs. La production française a ainsi été divisée par trois en dix ans.

L'industrie française de la chaussure ne peut donc qu'enregistrer les conséquences de son manque de compétitivité. Les usines de chaussures de luxe Stéphane Kélian Production et Charles Jourdan Industrie sont ainsi en bien mauvaise posture. La première avait déposé vendredi son bilan auprès du tribunal de commerce de Romans-sur-Isère (Drôme). Et ce dernier a annoncé hier la liquidation judiciaire du groupe Kélian Production.

De son côté, le groupe Charles Jourdan devait déposer dans la soirée le bilan de trois filiales, Charles Jourdan Industrie (production, 262 personnes), Charles Jourdan France (marketing et administration, 80 salariés) et Sodepar (boutiques, magasins d'usine, 90 emplois).