De Washington à Bruxelles, mais aussi d’Ottawa à Dublin, la pression se fait toujours plus forte sur les géants de la technologie. Les autorités de régulation européennes et américaines lancent de nouvelles enquêtes contre Facebook et Google, accusés non seulement de pratiques anticoncurrentielles, mais aussi de négliger la vie privée de leurs utilisateurs. Après plusieurs annonces officielles ces derniers jours, l’étau devrait se resserrer davantage ces prochaines semaines au niveau européen.

Ce durcissement envers les géants de la technologie s’est manifesté de manière spectaculaire jeudi. Facebook voulait lancer, un jour avant la Saint-Valentin, son application de rencontre en Europe. Mais le régulateur irlandais l’en a empêché. La Commission irlandaise de protection des données (DPC) affirme n’avoir été informée de ce projet de lancement que le 3 février – un délai selon elle beaucoup trop court pour examiner la légalité de ce service. Du coup, la DPC a inspecté les bureaux de Facebook à Dublin lundi, saisi des documents et contraint le réseau social à reporter ce lancement à une date indéterminée.