Les accusations, qui portaient notamment aussi sur des faux dans les titres et une gestion déloyale, étaient liées à une opération de la société Private Equity Holding (PEH), qui aurait été incitée à acquérir des titres surévalués et dont M. Bachmann, alors directeur des finances de Vontobel, était aussi vice-président.

Le tribunal a aussi acquitté deux réviseurs accusés de faux dans les titres dans cette affaire. Il n’a pas non plus accepté la demande de dédommagement de 131,4 millions de francs déposée le ministère public.

L’accusation demandait aussi des amendes pour tous les accusés, ainsi qu’une peine de prison de quatre ans pour M. Bachmann, et de deux ans avec sursis pour M. Fischer, ex-patron de Vontobel.