Deux entreprises suisses, Oerlikon Schweisstechnik et Reweld, ont été mises à l'amende par l'administration américaine. Dans un communiqué publié en début de semaine, Michael J. Garcia, membre du bureau de l'industrie et de la sécurité du Département du commerce, a rendu public cette décision. Ces deux sociétés ont été condamnées pour avoir tenté d'exporter du matériel industriel des Etats-Unis à destination de l'Iran en violation des règles américaines en matière d'exportations. Selon les détails transmis par l'administration, Oerlikon Schweisstechnik devra s'acquitter d'une amende de 33 000 dollars (environ 48 000 francs) et Reweld de 22 000 dollars. A cela s'ajoute l'interdiction d'exporter durant une année pour Oerlikon Schweisstechnik. Cette mesure peut toutefois être réduite à six mois, si la firme ne viole pas les règles américaines durant la période initiale de suspension.

Contacté par Le Temps, Paul Rietschi, responsable des ventes auprès d'Oerlikon Schweisstechnik a confirmé cette condamnation en précisant que les faits reprochés remontaient à plus de trois ans. Le représentant de la firme suisse a ajouté qu'il ne pouvait donner plus de détails. Par ailleurs, aucun représentant officiel de la société Reweld n'était en mesure de commenter ces faits.

Un produit chimique

Le bureau de l'industrie et de la sécurité précise que les deux firmes suisses se sont entendues entre juin 1999 et mars 2000 pour acheter 30 000 pounds (13 608 kg) de Solka-Flok 200. Ce produit chimique possède un nombre important d'applications industrielles. Il est plus particulièrement utilisé dans le domaine de la soudure. Le produit devait être revendu puis exporté par voie maritime à destination de l'Iran. Le bureau de l'industrie et de la sécurité affirme qu'Oerlikon a sollicité Reweld pour faire venir ce produit en Suisse dans l'intention de le réexporter en Iran.

Les Etats-Unis maintiennent un embargo commercial à l'égard de l'Iran justifié par le support apporté par ce pays au terrorisme international, relève l'administration dans son communiqué. Selon les termes de cet embargo la majeure partie des exportations sont interdites à moins d'un accord préalable des autorités. L'exportation en Iran, sans cette autorisation, de marchandises soumises aux règles américaines peut faire l'objet de poursuites, conclut l'administration.