Transférer les technologies utilisées dans le spatial vers le non-spatial. Voilà l'objectif d'Esinet, une association placée sous l'égide de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui a sélectionné deux sociétés romandes pour la qualité de leur activité.

Toutes deux sont basées à Yverdon et liées à Y-Parc. La première, VHF Technologies, commercialise des cellules solaires sur des couches ultra-minces. «Les ailes des nouveaux satellites, en quelque sorte gonflables, ont besoin d'une grande souplesse», explique Alexandre Closset, son patron. La PME applique cette technologie dans des stores déroulants. Des produits grand public, comme des petits chargeurs pour le camping, sont également disponibles (Flexcell).

La seconde, Y-Lynx, utilise les microprocesseurs de l'ESA pour développer des solutions de communication sans fil à basse consommation. «Nous pourrions imaginer des réseaux de capteurs placés sur les arbres pour surveiller l'humidité des forêts et prévenir les incendies», illustre Gaël Coron, en charge du marketing. Chaque société recevra 35 000 euros d'Esinet. Mais l'avantage le plus important réside dans l'accès aux laboratoires de l'ESA.