Ce que les marches pour le climat n’ont pas réussi à faire, le coronavirus s’en est chargé. Au départ de Cointrin, 154 vols ont été annulés samedi (sur 226 prévus), selon les panneaux d’affichage de l’aéroport. La veille, sur 210 vols, 113 étaient passés à l’as et jeudi, 91 suppressions sur 183 vols avaient été décidées. Dimanche, la tendance était identique à l’heure de publier cet article. Deux tiers des vols – à l’aller comme au retour – ont été supprimés ces quatre derniers jours.

Une proportion qui croît de jour en jour et qui devrait encore s’exacerber. EasyJet, de loin la principale compagnie à Genève (avec 45% des passagers en 2018), a fait part de sa décision d’immobiliser «la majorité de sa flotte» dès mardi. «10% de notre capacité habituelle à cette période de l’année sera mobilisée», indique le transporteur.

Hécatombe chez Swiss et EasyJet

Mesures similaires chez Swiss, deuxième client de Genève Aéroport (12% des passagers). La filiale de Lufthansa, qui a réduit de 80% ses opérations, suspend tous ses vols long-courriers à Cointrin à partir de lundi jusqu’au 19 avril en tout cas. Swiss prévoit de poursuivre ses vols de Genève à Londres (Heathrow), Athènes, Lisbonne et Porto, indique Florian Flämig. Le porte-parole signale que «si la situation doit se détériorer et si des interdictions de vol supplémentaires sont imposées, une suspension complète des opérations aériennes ne peut être exclue». Emirates, un autre transporteur important à Genève, a annoncé dimanche l’interruption de tous ses vols commerciaux dès mercredi.

Lire aussi: Les compagnies européennes en mode service minimum

Très sollicitée 

A l'inverse, l’aviation d’affaires a été très sollicitée ces dernières semaines en Europe. «On a eu jusqu’à 30% de demandes en plus qu'à l’accoutumée», relève Eymeric Segard, patron de LunaJets, le principal courtier du secteur dans le continent, qui siège à Meyrin. «Dans sept cas sur dix, il s’agit de nouveaux clients.» En temps normal, ces derniers sont minoritaires.

Les demandes ont suivi la propagation du virus: «Fin février, elles venaient surtout de clients qui voulaient fuir le nord de l’Italie, indique Eymeric Segard. Quand Trump a dit qu’il voulait fermer les frontières à la mi-mars, il y a eu un pic pour les Etats-Unis et, depuis cette semaine, la demande vient de partout.» Les prix des compagnies de jets privés ont augmenté de 15 à 20%, selon le courtier, qui relève que de nombreux Chinois, notamment des étudiants, retournent désormais en Chine où la situation s’est améliorée. 

A Genève cependant, la chute est drastique depuis une semaine. Ce week-end, une quinzaine d'atterrissages et de décollages ont été enregistrés contre une centaine en temps normal en cette saison. «Des opérateurs annoncent une baisse de 70 à 90% de leur activité, indique Walter Chetcuti, président de l'association genevoise d'aviation d'affaires. Plusieurs opérateurs envisagent des situations de mises en chômage technique, également et surtout afin de préserver l’intégrité sanitaire de leurs personnels.»