Immobilier

Devenir propriétaire, et économiser 6000 francs par an

Les taux bas accentuent les différences entre locataires et propriétaires, selon une étude de MoneyPark. Il n’y a rien de plus désavantageux que de louer une maison, affirme le site comparatif

L’accession à la propriété n’est pas seulement un rêve. C’est aussi un calcul froid et raisonnable. Surtout depuis qu’il est possible d’emprunter à un taux d’environ 1% pendant dix ans. 

Un locataire suisse paie aujourd’hui en moyenne 2000 francs par mois, contre environ 1500 pour propriétaire. Soit, sur un an, une différence de 6000 francs, selon les estimations du site comparatif MoneyPark qui, en collaboration avec le réseau de courtiers alaCasa, a sondé un peu plus de 900 personnes.

Lire aussi: Ces privés qui deviennent bailleurs

La différence est encore plus nette pour les maisons individuelles. Les locataires d’une villa payent presque 2300 francs par mois, tandis que ceux qui en sont propriétaires déboursent en moyenne 1450 francs. Pas étonnant, du coup, que sept fois plus de personnes vivent dans leur propre maison plutôt que dans une maison de location, réagit Roman Bolliger, le patron de alaCasa.ch, cité dans l’étude.

Gare à la valeur locative

Louer ou acheter? Depuis que les taux hypothécaires percent des planchers, la question est récurrente au sein des ménages suisse qui ont assez de moyens pour y songer. Si l’étude est l’une des premières à y répondre précisément, elle comprend quelques lacunes, notamment sur les considérations fiscales.

En effet, un propriétaire voit son revenu imposable augmenter, via le mécanisme de la valeur locative - qui calcule combien ce dernier pourrait gagner en louant son logement. A l'inverse, il peut simultanément déduire la charge de ses intérêts hypothécaires.

En mars dernier, un calcul plus précis, réalisé avec l’aide du bureau de conseil financier VZ, avait permis d’établir que pour un 4,5 pièces dans le canton de Vaud, la différence se montait à environ 700 francs - en faveur du propriétaire. Même si ce dernier paierait environ 70 francs d’impôts de plus par mois qu’un locataire. 

Lire aussi dans L'Hebdo: Mieux vaut être propriétaire que locataire

Malgré ces avantages, avec 38% de propriétaires, la Suisse affiche l’un des taux les plus bas en Europe. En Allemagne, la proportion de propriétaires dépasse 50%, tandis qu’elle atteint 64% en France ou 73% en Italie.

L’accès à la propriété reste plus compliqué qu'ailleurs en raison des prix et, plus récemment, des restrictions sur l’apport de fonds propres provenant du 2e pilier. Une grande majorité des professionnels de l’immobilier nous l’ont confirmé, ces derniers mois: le frein principal n’est pas la charge d’intérêts, mais la mise de départ.

L’offre locative s’étoffe

Aux locataires qui n’ont pas fait le pas, ou n’ont pas pu le faire, l’OFS a livré une bonne nouvelle, lundi. L’écart avec les propriétaires pourrait se réduire car la détente du marché locatif se confirme. Le nombre de logements vacants à louer a augmenté de 13% en une année, à plus de 49 000 unités. Du jamais vu depuis 1999.

L’augmentation continue des disponibilités pourrait mettre fin à la hausse des loyers, en progression de 30% depuis 2005. Si ce n’est pas déjà le cas: selon Wüest & Partner, «pour la premières fois depuis le début du siècle, les loyers de l'offre n'ont plus augmenté» en 2015.

Lire aussi: 35 ans, l’âge d’or pour devenir propriétaire

Publicité