Un peu plus de cinq ans après la signature de l’Accord de Paris sur le climat, les entreprises suisses sont encore loin de remplir les conditions pour atteindre l’objectif de limiter le réchauffement global nettement en dessous de 2°C d’ici à la fin du siècle. Selon un rapport de l’ONG Carbon Disclosure Project (CDP) publié le 2 mars, leur trajectoire actuelle contribuerait à une augmentation des températures de 2,3°C. Néanmoins, selon cette étude qui porte sur environ 1000 entreprises représentant environ 80% de la valeur marchande de l’Europe, elles font un peu mieux que la moyenne, qui est de 2,7°C.

Avec la saison de la publication des résultats annuels ces dernières semaines, les entreprises du Swiss Market Index (SMI), qui regroupe les 20 principales capitalisations de la bourse suisse, saisissent l’occasion pour faire le point sur leurs engagements climatiques. Sur leurs sites, la grande majorité des entreprises du SMI disposent d’un onglet dédié au développement durable. Mais au milieu de la masse d’informations données, il est parfois difficile de distinguer ce qui relève de la posture ou de l’engagement réel.