Court-circuit

Difficile de protéger les enfants du X

La Grande-Bretagne vient de renoncer à un plan qui attirait trop de critiques

C’est une capitulation qui ne réjouira personne. La semaine passée, le gouvernement britannique a définitivement renoncé à créer un filtre destiné à empêcher les enfants de voir du contenu pornographique en ligne. Le service, vivement critiqué de toutes parts depuis des mois, est cette fois-ci abandonné pour de bon.

Lancée en 2015 déjà, l’idée s’est vite heurtée à des écueils insurmontables. Les enfants auraient facilement pu utiliser des VPN pour contourner le filtre. Un filtre d’autant plus inefficace qu’il n’aurait pas concerné les sites web qui n’ont pas de vocation commerciale – soit ils ne requièrent pas d’abonnement, soit ils ne vivent pas de la publicité.

Surtout, un tel filtre aurait été en grande partie géré par l’entreprise MindGeek, un groupe qui possède certains des sites web X les plus visités. Privatiser un tel accès semblait incongru. Et les dégâts auraient été immenses si MindGeek s’était fait subtiliser les copies des documents d’identité des adultes qui auraient voulu prouver leur âge…

Bref, les Britanniques repartent de zéro pour tenter de résoudre un problème qui apparaît, du point de vue technique, pour l’heure insoluble.


Chroniques précédentes: 

Publicité