Transformation numérique

Digitalswitzerland nomme un responsable et un président en Suisse romande

L’initiative qui cherche à faire de la Suisse un hub du numérique a choisi Sébastien Kulling pour développer les activités dans la partie francophone. Martin Vetterli, président de l’EPFL, et Fathi Derder, conseiller national, rejoignent le comité directeur

Digitalswitzerland n’est définitivement plus une initiative centrée sur la Suisse alémanique. L’association a nommé mardi plusieurs personnalités pour renforcer son engagement en Suisse romande. Sébastien Kulling sera le responsable pour la Suisse romande dès le mois d’août. Ancien directeur commercial de Nespresso entre 2005 et 2008, il a occupé plusieurs postes avant de fonder Enitia, qui conseille des start-up dans leur développement de produits.

Digitalswitzerland, qui est une organisation multisectorielle lancée à Zurich par Marc Walder, directeur général de Ringier (copropriétaire du Temps), vise à renforcer l’attrait de la Suisse pour les start-up et l’économie numérique. Elle compte désormais Martin Vetterli, président de l’EPFL, et Fathi Derder, conseiller national (PLR/VD) et rédacteur en chef de L’Agefi, comme président et vice-président du comité directeur pour la Suisse romande, l’entité qui s’occupe de la stratégie. Concentré sur l’opérationnel, le comité exécutif pour la région accueille Benoît Dubuis, directeur du Campus Biotech à Genève, et Didier Rey, délégué du vice-président de l’EPFL, en tant que président et secrétaire général.

Convaincre les cantons romands

Au total, l’initiative compte près de 80 organisations, notamment des grandes entreprises et des institutions. Elle souhaite attirer de nouveaux membres en Suisse romande. C’est déjà le cas de la Vaudoise, de Philip Morris International, de BNP Paribas et du CICR notamment. Le canton de Genève a également rejoint le mouvement, qui espère convaincre rapidement Vaud et les autres cantons romands.

Lire aussi: Pierre Maudet: «Genève mérite sa place au sein de Digitalswitzerland»

L’organisation n’a pas attendu pour lancer quelques activités dans la région, concentrées autour des thèmes de l'EdTech (les technologies liées à l’éducation, comme les MOOC) ou LifeTech. Le but est d’accompagner des start-up suisses et étrangères, pour le premier avec l’intégration dans l’accélérateur Kickstart Accelerator, le second dans Fusion's LifeTech Accelerator. En outre, Digitalswitzerland veut participer à organiser des événements consacrés à l’intelligence artificielle, la cybersécurité et la gouvernance d’Internet.

Dans le communiqué, Martin Vetterli explique que «la transition numérique et les nouveaux modèles qui en résultent vont profondément modifier l’économie suisse. La Suisse romande avec son écosystème performant et novateur joue pleinement sa carte dans ce contexte et permet à la Suisse de rayonner au niveau international comme «Innovationshub».» De nouveaux membres du comité exécutif seront en outre annoncés cet automne.

Publicité