Innovation

Digitalswitzerland, une plateforme pour anticiper le «tsunami numérique»

La plateforme Digitalswitzerland en Suisse romande a été officiellement inaugurée lundi sur le site de l’EPFL

Plusieurs personnalités se sont exprimées lundi sur la question de la numérisation, à l’occasion du lancement officiel de Digitalswitzerland en Suisse romande au SwissTech Convention Center de l’EPFL. «Soit on tourne, soit on sort de la route, a donné comme image le conseiller d’Etat vaudois Philippe Leuba. Le charpentier sera numérisé qu’on le veuille ou non.»

Rattraper l’Amérique et l’Asie

De son côté, Martin Vetterli, président de l’EPFL et président du comité directeur pour la Suisse romande de Digitalswitzerland, a dit: «Il faut se préparer au tsunami numérique.» Même Yves Daccord, directeur général du Comité international de la Croix-Rouge, a relevé: «Dans certaines zones de conflits, la première chose qu’on nous demande, c’est du wi-fi. On voit émerger ce que j’appelle la vulnérabilité numérique.»

Fathi Derder, conseiller national PLR et rédacteur en chef de L’Agefi, voit dans Digitalswitzerland «une absolue nécessité pour répondre aux défis du numérique, un secteur actuellement dominé par l’Amérique et l’Asie». Et, comme l’a rappelé Sébastien Kulling, directeur de la plateforme pour la Suisse romande, «deux tiers des jobs de demain n’existent pas aujourd’hui».

Mieux communiquer sur le numérique

Lancée en 2015 à Zurich, Digitalswitzerland réunit désormais 85 membres, des institutions académiques, des cantons, des entreprises mais aussi le Forum économique mondial ou economiesuisse. «Nous avons réussi à mettre tout le monde autour d’une table», s’est félicité Martin Vetterli.

Mais que fait concrètement Digitalswitzerland, se sont interrogés quelques-uns des 350 convives présents à cette inauguration? L’une des missions de cette plateforme consiste à mieux communiquer autour du numérique. «Beaucoup de gens ont encore peur quand on parle de numérique», a constaté Marc Walder, directeur général de Ringier, copropriétaire du Temps et initiateur de Digitalswitzerland.

Enjeux à plusieurs niveaux

L’organisation veut sensibiliser le grand public, aussi bien les enfants que les plus de 40 ans. Elle organisera notamment le Swiss Robotics Industry Day le 2 novembre, la Journée du digital le 21 novembre ou encore le CyberDay le 19 décembre.

Digitalswitzerland veut aussi jouer un rôle au niveau politique, en mettant en place une sorte de livre blanc destiné aux politiciens et à encourager certaines modifications dans la loi pour faciliter la vie des start-up. Enfin, elle organise également des challenges, à savoir différents défis numériques à relever aussi bien par des entreprises, des pouvoirs publics ou des instituts universitaires.

Publicité