Chez Digitec Galaxus, la majeure partie de l’assortiment n’est ni consultée par les internautes, ni vendue. Ces produits, des cannes à pêche aux chatières, des tournevis aux meubles pour jardin, ne trouvent aucun succès. Et pourtant, ils demeurent dans le catalogue du premier groupe suisse de vente en ligne. C’est l’une des conclusions d’une étude que le groupe, propriété de Migros, a envoyée au Temps. Cette étude montre l’importance capitale des vendeurs tiers pour les plateformes d’e-commerce, qu’elles s’appellent Digitec Galaxus ou Amazon.