Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le "A One Business Center" à Rolle dans le canton de Vaud.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Entreprises

Moins d'implantations d'entreprises étrangères en 2015

Le nombre d’implantations d’entreprises étrangères en Suisse a diminué l’an dernier à 264 sociétés, contre 274 en 2014. Les emplois créés ont en revanche bondi de 38% à 1082

Ce résultat «renforce l’image d’une promotion de la place économique suisse qui mise sur une forte valeur ajoutée plutôt que sur les implantations en masse», a souligné lundi la Conférence des chefs des Départements cantonaux de l’économie publique.

Selon les différentes études, les entreprises implantées «veulent s’ancrer rapidement dans le tissu local. Pour cela, elles ont tout intérêt à recruter de la main-d’œuvre locale», ajoute le communiqué.

Lire aussi: Le chinois Tencent lorgne discrètement sur Genève

Par rapport aux années précédentes, il n’y a pas eu grand changement concernant la répartition sectorielle des nouvelles implantations. Les chefs des Départements cantonaux de l’économie publique notent toutefois que les entreprises des sciences de la vie tendent à gagner du terrain depuis quelques années.

Valeur ajoutée et innovation

La promotion de la place économique suisse mise en œuvre par Switzerland Global Enterprise (S-GE) se concentre sur des branches prioritaires dans les pays cibles. Elle entend privilégier la valeur ajoutée et l’innovation au détriment de la quantité.

Les cantons ont signé un nouveau contrat avec l’organe de promotion de la place économique fin 2015. La Confédération, via le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco), a un mandat complémentaire avec S-GE, qui a également été renouvelé pour la période 2016-2019. La Confédération et les cantons investissement chaque année quelque 5,4 millions de francs dans la promotion de la place économique.

Lire aussi: La promotion économique régionale marque le pas

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)