«Nous n'avons jamais enregistré de plaintes de la part des distributeurs indépendants de boissons au sujet de Coca-Cola, et nous n'avons pas d'indices pour l'instant pour modifier notre perception.» Contacté jeudi, Walter Stoffel, vice-président de la Commission de la concurrence (Comco), explique toutefois que l'organisme régulateur suisse a entamé dès qu'il a eu connaissance des investigations européennes une démarche de renseignement auprès des divers canaux de distribution du pays.

La Comco avait ouvert une enquête préalable lors de la fusion entre Feldslösschen et Hürlimann, il y a deux ans. Cette procédure avait révélé des pratiques discriminatoires à l'encontre des distributeurs indépendants, mais le premier brasseur suisse était alors revenu en arrière, évitant que la Commission n'aille plus loin dans ses démarches.

Tout en affirmant que la Comco restera attentive au marché des boissons, et qu'elle s'intéresse systématiquement aux secteurs qui font l'objet d'enquêtes au sein de l'Union européenne, Walter Stoffel rappelle que la mission première de l'organisme fédéral est de réguler le marché intérieur, comme dans le cas du bitume, des auto-écoles ou de l'électricité.