Vous avez dû créer une ManCo (société de gestion), pourquoi?

UBP détient un très long historique dans la gestion de fonds. La majorité d’entre eux sont des fonds de droits européens enregistrés au Luxembourg. L’administration centrale y est assurée par CACEIS pour le calcul des VNI (valeurs nettes d’inventaire) et j’occupe un rôle de dirigeant depuis 2013 au sein de notre ManCo (société de gestion). Il est utile de rappeler qu’avant le renforcement de la réglementation mis en place post-2008 par la Finma et les autorités européennes, les fonds étaient souvent autogérés. Il a ensuite été requis que les fonds distribués en Suisse aient une structure juridique semblable à celle des fonds de droit suisse ainsi qu’une structure nommée équivalente à la direction de fonds suisse soit constituée pour gérer tous les aspects administratifs, opérationnels et juridiques de la vie sociale des fonds de placement.

Qu’est-ce que représente l’activité des fonds de placement pour votre groupe?

UBP détient plus de 19 milliards de francs d’actifs sous forme de fonds, répartis dans plus de 100 compartiments. Parmi tous ces compartiments, cinq sont des fonds de droit suisse dont la direction de fonds a été confiée à Gérifonds. Nommés UBAM (CH), ils couvrent diverses stratégies et totalisent 565 millions de francs sur ces 19 milliards. Ces fonds suisses ont d’ailleurs célébré leurs 10 ans en novembre et leur équivalent au Luxembourg a fêté ses 30 ans d’existence.

Pourquoi avoir fait le choix de sélectionner un prestataire externe pour vos fonds de droit suisse et ne pas avoir créé votre propre direction de fonds en Suisse?

De prime abord, on pourrait effectivement penser qu’avec notre expérience dans cette industrie, et étant donné notre positionnement, il aurait été plus simple de créer notre propre direction de fonds en Suisse. D’autant que nous avons déjà notre société de gestion (ManCo) au Luxembourg afin de servir notre clientèle. Mais lorsque nous avons voulu créer un fonds investissant dans l’or, donc en valeur physique, cette possibilité a vite été écartée. Comme ce type de fonds ne remplissait pas les critères pour être un fonds UCITS au Luxembourg, et qu’à l’inverse ceci était possible en Suisse, nous avons saisi l’opportunité. Non seulement le fonds de droit suisse est bien plus rapide à lancer que le fonds de droit européen (et le temps est toujours un facteur crucial), mais il est aussi plus avantageux fiscalement pour les fonds investissant en actions suisses. En effet, les clients peuvent récupérer, via le fonds, l’impôt anticipé sur les dividendes (35%) et ce type de fonds n’est pas soumis au droit de timbre non plus. Toutefois, créer une telle structure avec du personnel spécialisé – pour un nombre limité de compartiments – aurait engendré des coûts démesurés et cela n’aurait pas été rentable pour nous. Il était alors plus judicieux de confier ces actifs à une direction de fonds tierce.

Quels sont les avantages que vous avez décelés chez Gérifonds qui vous ont convaincu de leur confier ces fonds spécifiques?

Nous avons procédé à un appel d’offres et, en faisant l’analyse, il nous est vite apparu que Gérifonds possédait plusieurs avantages. Structure de petite taille, locale, suisse romande, traitant tout en interne y compris les aspects légaux, et adossée à un grand groupe. Tous les ingrédients d’une bonne recette.

Ne pas être noyé dans un grand groupe permet évidemment d’être un client qui compte

Collaborer avec des gens possédant la même culture, la même agilité et le même langage facilite grandement le travail. Ne pas être noyé dans un grand groupe permet évidemment d’être un client qui compte. Les aspects de simplicité et de souplesse (toujours plus difficiles à trouver), la rigueur et le professionnalisme, mais aussi l’accessibilité des intervenants clés responsables et qui demeurent les mêmes des décennies durant, sont autant d’atouts qui nous ont séduits.

Et pourquoi était-il plus adapté de revenir vers une boutique telle que Gérifonds pour diriger vos fonds?

Pour toutes les raisons citées préalablement et aussi parce que l’avantage de travailler avec des tiers est de permettre de libérer du temps pour vous et toutes vos ressources. Ainsi, vous pouvez continuer à avancer en parallèle, sur d’autres dossiers.

Sur quels aspects techniques les équipes de Gérifonds se démarquent-elles?

Tout d’abord, le fait qu’à la tête de Gérifonds vous avez un dirigeant qui est un ancien gérant de fonds est un avantage fondamental. Il connaît aussi le revers de la médaille, les objectifs et les contraintes que rencontre un gérant d’actifs. Dès lors, il sait comment traduire les stratégies mises en place par des gérants auprès de ses juristes et de son équipe opérationnelle. Son équipe de gestion des risques est aussi menée par un ancien gérant et ses juristes sont d’anciens de la Finma. Je crois que cela est vraiment essentiel. Cela nous a permis de développer, très rapidement, une confiance réciproque et nous avons affaire à des gens qui sont engagés à trouver des solutions.

C’est pourquoi si nous envisagions de nouveaux développements de fonds de droit suisse, il va de soi que nous les remettrons dans les mains expertes de Gérifonds.


Pierre Berger est membre de la direction d’Union Bancaire Privée, UBP SA, et Head of Product Development and Product Management. Spécialiste des fonds, Pierre Berger est membre dirigeant de la société de gestion luxembourgeoise du Groupe UBP depuis sa création en 2013. Il est en outre membre du conseil d’administration de plusieurs sicav luxembourgeoises et françaises depuis plus de dix ans ainsi que président du comité de surveillance du fonds de droit suisse UBAM (CH).

Avant de rejoindre le groupe UBP, Pierre Berger a travaillé pendant près de vingt ans auprès d’UBS Genève, occupant des postes à responsabilité dans plusieurs secteurs de la banque, particulièrement dans le département clientèle «retail».

Monsieur Berger s’appuie sur une solide formation bancaire pratique et sur son diplôme fédéral d’employé de banque obtenu en 1985.