appareils auditifs

La direction de Sonova démissionne

Alors que la justice zurichoise enquête sur des soupçons de délits d’initiés, Valentin Chapero, directeur général, et Oliver Walker, directeur financier, quittent la société. Le titre perdait 9,1% en début de séance à la bourse suisse

C’est le grand coup de balai à la tête de Sonova, alors que la justice zurichoise enquête sur des soupçons de délits d’initiés.

Valentin Chapero, directeur général, et Oliver Walker, directeur financier, ont annoncé leur démission mercredi matin. Quant au président du conseil d’administration Andy Rihs, il quitte la présidence, tout en conservant un siège d’administrateur, indique Sonova dans un communiqué. Le cours de l’action est en baisse à la bourse suisse.

Ventes pour 47 millions de francs

Six jours avant l’avertissement sur bénéfice du 16 mars, la direction avait vendu des actions et des options de l’entreprise. Dans les deux semaines qui ont précédé l’avertissement sur bénéfice, les cadres de direction ont vendu des titres pour plus de 47 millions de francs. Lors de la transaction la plus importante, un membre non exécutif du conseil d’administration, Andy Rihs, a vendu 300 000 titres.

L’entreprise avait justifié ces ventes par de nouveaux programmes d’options et souligné qu’elle s’en tenait strictement aux périodes de black-out. Les dirigeants de la société n’avaient pourtant pas le droit de négocier leurs titres grâce à la connaissance de la situation qui faisait d’eux des «insiders».

Enquête interne

Avant l’avertissement sur bénéfice du 16 mars, les dirigeants de Sonova ont manifestement «oublié» de décréter à temps, au sein de l’entreprise, une interdiction de procéder à des transactions boursières avec les actions et options de la société. Conséquence de cette négligence, des ventes de titres ont été réalisées alors qu’elles n’auraient pas dû l’être selon les règles de la bourse suisse. Un avocat mandaté par le conseil d’administration de Sonova est arrivé à cette conclusion après son enquête.

L’enquête interne n’a pas démontré qu’Andy Rihs avait eu connaissance, le 8 mars, moment où il a vendu 300 000 actions, de l’avertissement sur bénéfice qui aurait lieu le 16 mars. En tant que président du conseil d’administration, il a toutefois «une responsabilité quant à la négligence qui a eu lieu», selon les termes du communiqué. Andy Rihs, pour prouver sa bonne foi dans cette affaire, a offert aux acheteurs de racheter les actions au cours en vigueur avant l’avertissement sur bénéfice.

Alexander Zschokke ad interim

A titre intérimaire, Alexander Zschokke prend la direction opérationnelle de Sonova. Ce dernier fait partie de la direction de groupe depuis 2006. Paul Thompson occupera la fonction de directeur financier, également à titre intérimaire. Il avait déjà assumé cette tâche de 2002 à 2004.

Quant à la présidence du conseil d’administration, libérée par Andy Rihs, elle sera exercée par Robert Spoerry. Le conseil d’administration, qui a pris note que la bourse suisse avait ouvert une enquête, a dit également examiner le coût de ces événements et l’impact qu’il aura sur l’entreprise. Robert Spoerry se dit toutefois certain que la nouvelle direction réussira, grâce aux mesures prises, à regagner la confiance des investisseurs, des collaborateurs, de la clientèle et du public.

Chute en bourse

L’action Sonova a ouvert en chutant de 9,1% mercredi à la bourse suisse, après la divulgation d’une affaire de soupçons de délits d’initiés. Le titre avait déjà décroché de quelque 20% depuis l’avertissement sur résultats émis il y a deux semaines.

Sonova a bouclé le premier semestre de l’exercice en cours, clos fin septembre, en forte croissance. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record en hausse de 17,2% sur un an à 831,5 millions de francs. Le bénéfice net semestriel a pour sa part crû de 3,8% à 170,5 millions. La marge bénéficiaire EBIT s’était elle inscrite à 24,5%.

Publicité