Sophie Guieysse, directrice des ressources humaines de Richemont, jette l’éponge. La responsable, qui a récemment fait l’objet de critiques dans la presse, quitte avec effet immédiat la direction générale du groupe genevois actif dans le luxe. Dans la foulée, elle renoncera à solliciter un nouveau mandat d’administratrice lors de l’assemblée générale du 9 septembre.

Dans le laconique communiqué diffusé vendredi, le géant genevois du luxe ne précise pas les raisons du départ de Sophie Guieysse. Toutefois, en réaction à des articles de plusieurs médias, Richemont avait annoncé vendredi dernier avoir lancé une évaluation de la gestion des ressources humaines au sein de l’entreprise, précisant que l’examen pourrait avoir un impact sur la composition de la direction générale, rappelle l'agence AWP.

Lire également: La colère gronde chez Richemont

Hausse des salaires de la direction

Dans un article publié vendredi dernier, le portail BusinessMontres & Joaillerie annonçait le départ de Sophie Guieysse, qualifiée de «redoutable directrice des ressources humaines» de Richemont. Le groupe genevois a fini par se séparer de celle qui avait fait une partie du «sale boulot» pour lequel on l’avait embauchée: «licencier quelques barons surpayés», affirmait le site.

La hausse significative (35%) des salaires de la direction générale l’an dernier – dans un contexte de recul des rémunérations des cadres et du personnel cette année – serait à l’origine de ce départ, selon différents médias. 

Lire: Richemont défend sa politique de rémunération

Président et actionnaire de référence de Richemont, Johan Rupert est intervenu personnellement dans cette affaire. Sophie Guieysse est membre de la direction générale du géant genevois depuis octobre 2017 et a accédé au conseil d’administration en septembre 2018.