A ce jour, plus de 2,27 millions de certificats covid ont déjà été émis en Suisse pour des personnes vaccinées. Et depuis ce mercredi, leurs titulaires – et celles et ceux qui les obtiendront ces prochains jours – savent exactement où ils pourront être utilisés. Le Conseil fédéral a ainsi précisé les endroits où ils seront exigés. Ils ne seront obligatoires que dans les clubs et les discothèques. Dans ces lieux, où plus aucune limite du nombre de personnes ne sera imposée, le masque ne sera pas nécessaire.

Les exploitants de discothèques n’auront pas le choix. Les exploitants de manifestations, eux, auront ce choix. S’ils veulent organiser un événement de plus de 1000 personnes, le certificat devra être exigé pour tout le monde, dès ce samedi, avec en parallèle une levée des restrictions. A priori, on imagine que très peu d’organisateurs voudront, ces prochains jours, voire semaines, créer des événements imposant à tout le monde d’avoir un certificat.

La question des restaurants

Quant aux restaurateurs, ils pourront aussi exiger un certificat pour tous leurs clients, ce qui fera tomber totalement l’obligation de porter le masque. Mais comme le nombre de personnes à table n’est de toute façon plus limité, on imagine là aussi que très peu de restaurateurs demanderont à leurs hôtes de présenter un certificat. Les théâtres, cinémas ou encore casinos pourraient aussi demander un certificat, mais ce seront sans doute des exceptions.

C’est donc surtout pour voyager à l’étranger que ce document sera utile. «Le processus de reconnaissance du certificat suisse par l’Union européenne a commencé», a glissé mercredi le Conseil fédéral, poursuivant: «Pendant une phase transitoire de six semaines à partir du 1er juillet, on peut supposer que d’autres attestations seront également acceptées dans la zone UE/AELE.»

A noter enfin que le certificat suisse «light», n’affichant aucune donnée quant à son obtention (vaccin ou test négatif, par exemple), ne sera pas disponible avant mi-juillet, selon le Conseil fédéral.

Lire aussi: Attention, l’app du certificat covid en dévoile un peu trop