Disetronic continue sur sa belle lancée. L'entreprise bernoise, qui produit des systèmes d'injection et de perfusion pour l'administration de médicaments (insuline, antibiotique) sous forme liquide, a vu son chiffre d'affaires augmenter de 19,5% en premier trimestre de son année comptable 2000/2001. Compte tenu d'un taux de change constant qui annule l'effet dollar, la progression est de 17%. Une fois consolidées, les ventes totales se sont fixées à 69,9 millions de francs sur la dernière période de trois mois (avril-juin).

La société fabrique des pompes et des mesures pour le traitement de patients en milieu hospitalier, spécialement pour les diabétiques. Elle est aussi spécialisée dans les systèmes cardio-vasculaires et les produits stériles.

La progression des résultats de l'entreprise de Burgdorf vient de ses deux activités principales: les systèmes de perfusion et les injections. La première, qui compte pour deux tiers de son chiffre d'affaires total, a montré la croissance la plus forte. La commercialisation de nouvelles pompes à insuline sur les marchés américains et scandinaves a permis une expansion de 24,3% de cette activité. A cela s'ajoute la mise sur le marché d'un système avancé de diffusion de médicament (ADDS), qui permet de traiter sans une thérapie à l'insuline. Les ventes de ce produit ont doublé en un an.

Seringues prêtes à injecter

Le secteur des injections, deuxième métier de Disetronic, a augmenté ses ventes de 28,1%. Il faut voir à la base de cette performance la mise sur le marché de seringues prêtes à injecter, qui ont la forme d'un petit stylo. L'hormone EPO, qui dope les performances de certains sportifs, est injectée grâce à cet outil en plastique.

Une fois ces chiffres connus, le marché a précipité à l'ouverture la valeur du titre à 1420 francs (–5,3% en quelques minutes). Finalement, le cours s'est stabilisé à 1473 francs. Selon Birgit Kulhoff, analyste auprès de Lombard Odier & Cie à Zurich, «le titre a chuté en début de séance en raison des piètres performances de la division d'emballage pour l'industrie pharmaceutique». Une croissance de 11,5% dans un secteur en pleine efferverscence a été jugée faible par les opérateurs. L'acquisition des firmes Rondo et Dividella lui a permis d'être actif dans les systèmes d'emballage pour l'industrie pharmaceutique, mais les résultats ne sont toujours pas au rendez-vous. Introduit en Bourse en 1996 avec l'émission de 72 000 actions au porteur, Disetronic a vu la valeur de ses titres croître de 420% en près de quatre ans.