Vos finances

Ce que dit la volatilité pour les trois prochaines années

La volatilité est une notion qui a beaucoup évolué. Entre ses composantes à court et à long terme, l’investisseur a tout à gagner à comprendre et à anticiper l’évolution de cette mesure du risque pour construire son portefeuille

La volatilité historique mesure l’ampleur des variations des cours, par exemple des actions. Son utilité comme mesure de risque est limitée. Avoir la capacité d’estimer le niveau futur de la volatilité des marchés boursiers représente par contre un intérêt certain.

«Son anticipation offre à l’investisseur la possibilité de modifier la composition de son portefeuille à l’avance et de gérer dynamiquement son exposition aux marchés», explique Cédric Spahr, analyste auprès de J. Safra Sarasin. Une hausse anticipée de la volatilité future annonce en général une hausse des risques.

Avant de nous pencher sur l’intérêt pratique de la volatilité pour l’investisseur, il importe d’évoquer brièvement la transformation de cette notion. D’une idée purement académique, elle est devenue un instrument de gestion de risque et même un objet d’investissement, presque comme une action ou une obligation, explique le Financial Times.

L’indice de volatilité VIX est né en 1993, à l’initiative d’une bourse de dérivés, le Chicago Board Options Exchange et de Robert Whaley. Il est structuré ainsi: si l’investisseur prévoit que l’indice S&P 500 fluctuera en moyenne de 1% chaque jour le mois prochain, le Vix sera de 20. Le premier dérivé sur la volatilité a été créé par un employé d’UBS, Michael Weber, en 1993.

Prévoir la volatilité

Aujourd’hui, il importe de distinguer entre les composantes à court et à long terme de la volatilité. Un tweet de Donald Trump critiquant un autre gouvernement a le pouvoir de provoquer une secousse à court terme sur les marchés, mais l’effet sera bref. L’investisseur n’a pas à s’en soucier outre mesure. Par contre, «l’épargnant aurait de bonnes raisons de s’intéresser aux composantes à long terme de la volatilité», selon Cédric Spahr.

Les recherches que l’analyste vient d’effectuer sur ce sujet indiquent qu’il est possible de prévoir assez précisément le niveau de volatilité future avec un horizon de deux à trois ans, explique-t-il. Il existe en effet des relations assez stables entre la création de crédit, la courbe des taux d’intérêt obligataires ainsi que la politique monétaire des banques centrales et l’évolution de la volatilité des marchés sur le long terme. Avant la crise de 2008, cette relation opérait avec un décalage d’environ deux ans. La relation entre la liquidité du marché et la volatilité des actions a été modifiée lors de l’après-crise et la politique très expansive de la Réserve fédérale a allongé ce décalage temporel jusqu’à trois ans. L’évolution de la volatilité des actions produit ses effets avec un délai plus long qu’avant la crise de 2008.

Le message de l’analyste est clair. La volatilité des marchés boursiers a commencé à changer de tendance cette année et devrait augmenter significativement l’année prochaine. La volatilité, qui est actuellement de 15% selon l’indice VIX calculé sur la base des options négociées sur l’indice Standard & Poor’s 500, devrait progressivement se rapprocher de 18-20%, ce qui est aussi consistant avec l’évolution des indicateurs de cycle économique et de politique monétaire aux Etats-Unis.

Quatre indicateurs

Les indicateurs qui permettent d’arriver à cette conclusion et qu’il faudra regarder de près pour anticiper la volatilité à trois ans sont le cycle économique et les indicateurs monétaires. Les composantes suivantes sont importantes:

– Une économie forte réduit les risques des entreprises. Plus la conjoncture est soutenue et plus la volatilité sera faible. L’investisseur devrait donc rester attentif aux indices des directeurs d’achat (PMI). Au cours des deux dernières décennies, on constate que la courbe des PMI évolue en parallèle avec celle de la volatilité.

– La Réserve fédérale exerce un impact encore plus important sur la future volatilité boursière à travers ses instruments de politique monétaire, selon J. Safra Sarasin. Les changements de tendance des taux d’intérêt sur les fonds fédéraux précèdent toujours de deux ans les modifications du VIX.

– La politique monétaire de la Fed définit aussi le cycle de liquidité par ses canaux de transmission, par exemple bancaires. C’est pourquoi il est crucial d’observer l’évolution de la courbe des taux d’intérêt. Cette dernière dépend effectivement des anticipations d’inflation, de croissance et des taux d’intérêt à court terme. L’analyse indique qu’une courbe des taux pentue permet d’anticiper une baisse future de la volatilité, alors qu’une courbe inversée annonce une future hausse de la volatilité. L’impact sur les banques s’explique aisément. Les instituts de crédit profitent de marges supérieures si les taux d’intérêt à long terme sont nettement supérieurs aux taux courts. Une courbe des taux inversée annonce une période de vaches maigres pour la croissance des prêts bancaires, et par conséquent une diminution de la liquidité macroéconomique.

– La croissance du volume d’obligations émises par les entreprises américaines non financières possède aussi une relation inverse avec la volatilité future. Une forte croissance de la dette des entreprises va de pair avec une phase de forte confiance et de liquidité abondante, alors qu’une contraction des émissions de dettes d’entreprises signale une baisse de la liquidité. Celle-ci conduira avec un certain délai à une hausse de la volatilité.

Eviter de spéculer sur la volatilité

S’il est possible de prévoir une hausse future de la volatilité, il est très risqué pour l’investisseur de chercher à en profiter. Les prix des options perdent en effet de leur valeur avec le temps.

Les produits financiers qui dépendent de la volatilité devraient par contre bénéficier d’une hausse de l’indice VIX. Une volatilité implicite plus élevée signifie que les options qui servent à augmenter le rendement offert dans les produits structurés tels que les produits d’optimisation (reverse convertibles) verront leur valeur augmenter.

Publicité