Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Doodle emploie aujourd’hui 35 personnes et revendique plus de 26 millions d’utilisateurs.
© ENNIO LEANZA

#Happybirthday

Dix ans déjà que Doodle met les agendas à la page

La naissance de Doodle en 2007, c’est à un ingénieur lassé des casse-tête organisationnels qu’on la doit. La plateforme de planification a été rapidement adoptée par les particuliers et les entreprises. Retour sur une success-story suisse

Tout a commencé au détour d’un souper que cherchait à organiser l’ingénieur en informatique Michael Näf. A l’invitation ont succédé le casse-tête logistique et une multitude de coups de téléphone. «Trouver une date a nécessité beaucoup de temps et était très compliqué. Cela m’a donné l’impulsion pour réfléchir à la manière d’organiser ce processus de façon plus performante.»

L’Argovien d’origine s’attelle d’abord surtout à «bricoler» Doodle, qui atteint peu à peu plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs. Alors collaborateur scientifique et enseignant à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, il a comme collègue Paul Sevinç.

Les deux informaticiens fondent en 2007 Inturico Engineering, société mère de Doodle. Basée à Zurich, l’entreprise se professionnalise pour pouvoir croître. Doodle bénéficie notamment d’un coaching de la Commission fédérale pour la technologie et l’innovation.

Lire également: «Doodle vise une croissance supérieure à 30% par année»

Une première levée de fonds est réussie en 2008 et l’équipe peut s’agrandir. La société devient Doodle AG en mars. Le site prend le nom de domaine Doodle.com en octobre.

Modèle viral

L’emploi de Doodle – mot anglais qui signifie en français «gribouillage» ou «griffonnage» – se veut simple et efficace. Les personnes souhaitant organiser un rendez-vous ou un événement envoient un courriel avec un lien vers un sondage. Les invités peuvent alors cocher les dates qui leur conviennent. Les créneaux les plus plébiscités sont ensuite clairement visibles.

Cette simplicité d’utilisation permet au site de se faire rapidement un nom. «C’est très viral», analyse Jean-Marie Ayer, professeur d’entrepreneuriat et d’innovation à la Haute Ecole de gestion de Fribourg. «Vous l’utilisez une fois, puis vos amis ayant pris part au sondage font de même avec d’autres groupes.»

Rachat par Tamedia

Le service de base est gratuit, financé par la publicité. La start-up propose aussi dès 2009 des services payants pour les particuliers et les entreprises. Ce modèle d’affaires moins courant en Suisse peut susciter quelques réticences chez les investisseurs au vu des besoins financiers et risques importants liés à la création d’une large base d’utilisateurs, selon Jean-Marie Ayer. La programmation et les logiciels sont plutôt destinés au secteur professionnel, avec des ventes à plus petite échelle et des licences élevées, note-t-il.

Doodle – qui ne communique pas sur ses résultats financiers – atteint son seuil de rentabilité en 2010. En mai 2011, Tamedia prend une participation de 49% dans la jeune pousse. Le site est alors disponible en 29 langues et totalise 8 millions d’utilisateurs tous les mois, selon le groupe d’édition zurichois.

Lire aussi: Avec le rachat de Ricardo.ch par Tamedia, l’Internet suisse accélère sa concentration

En octobre, le planificateur d’événements se classe au 3e rang du top 100 des start-up les plus prometteuses de Suisse de l’Institut pour les jeunes entreprises.

«Ses fondateurs ont su développer une plateforme simple et très efficace. Ils ont réussi à exploiter l’effet de viralité au maximum et à vendre la publicité ciblée qui allait avec», explique Jordi Montserrat, directeur de Venturelab, qui a lancé le top 100 en 2011.

Un exemple à suivre

Tamedia reprend finalement l’intégralité de Doodle en novembre 2014. Michael Näf et Paul Sevinç vendent leurs parts et se retirent du conseil d’administration pour se consacrer à d’autres activités liées aux jeunes pousses. Alors disponible en 17 langues, la plateforme de rendez-vous compte quelque 20 millions d’utilisateurs mensuels.

La société ouvre en 2015 un nouveau bureau à Berlin pour croître encore à l’international. La Suisse, l’Allemagne, la France et les Etats-Unis font partie de ses plus importants débouchés. Doodle emploie aujourd’hui 35 personnes et revendique plus de 26 millions d’utilisateurs, dans 11 langues sur le site. L’offre active en langues a varié au fur et à mesure que les navigateurs internet permettaient une traduction automatique.

«C’était et ça reste toujours motivant d’exploiter et de développer un service utilisé par de nombreuses personnes», apprécie Michael Näf. «C’est en outre important pour la scène des jeunes pousses suisses de pouvoir raconter des histoires à succès de ce type, qui sont aussi suivies à l’international», termine-t-il.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)