Pour sa dixième année d'existence, le prix Venture 2008 des meilleurs modèles d'affaires a connu une participation record. Pour la première fois, la barre des 100 projets a été franchie. 101 idées commerciales ont été présentées à ce concours, ont annoncé mercredi à Zurich les organisateurs, McKinsey et l'EPFZ.

Près d'un tiers d'entre eux proviennent des deux écoles polytechniques fédérales. Seize projets ont éclos à l'EPFL, contre 15 à l'EPFZ.

La biotech romande en force

Parmi les dix gagnants qui se partagent environ 150000 francs figurent deux romands. Aleva Neurotherapeutics (LT du 04.03.08), jeune pousse lausannoise, développe des implants dont la taille ne dépasse pas 50 microns. Comportant trente électrodes, il est ainsi 40 fois plus petit que les modèles actuels. André Mercanzini, cofondateur avec Stephan Pochon et Paul Pyzowski de la jeune pousse, espère avec cette innovation réduire les effets secondaires liés au traitement de la maladie de Parkinson, un marché à 700 millions de dollars.

Autre jeune pousse romande de l'EPFL à l'honneur, HelvaLab ( LT du 01.04.08) développe un substrat novateur pour la culture de cellules. L'approche des fondateurs Pierre-Jean Wipff et Boris Hinz est de faire pousser des cellules sur une surface dont les propriétés viscoélastiques sont ajustables et qui reproduit la rigidité présente dans le tissu d'origine. Ainsi, des surfaces aussi rigides que le cartilage ou aussi molles que la peau sont respectivement reproduites. Du côté des jeunes pousses alémaniques en devenir, la bernoise BioDiagnostik développe un procédé novateur de diagnostic du cancer du sein. «Notre technologie permet de diagnostiquer les cancers agressifs des autres, ceux qui sont susceptibles d'évoluer vers des métastases. Huit à neuf personnes sur dix reçoivent une chimiothérapie. Dans seulement deux cas sur trois, elle apporte de réels bénéfices», souligne Rolf Jaggi, professeur à l'Université de Berne.

En dehors des sciences de la vie, Siltectra, émanation de l'EPFZ et de Harvard, développe une technologie novatrice dans le domaine de l'énergie solaire. Elle permet de réduire drastiquement les pertes de matériaux dans la fabrication des plaques de silicium. Chaque année, 2,1 milliards de dollars de déchets liés à la production de cellules solaires partent ainsi en fumée.