Le 21 mai dernier, une cyberattaque de grande ampleur a touché une dizaine de sites de Siegfried, un sous-traitant de l’industrie pharmaceutique basé dans le canton d’Argovie et actif dans de nombreux pays. Parmi les lieux touchés, des sites en Chine, au Chili, aux Etats-Unis et en Valais, à Evionnaz, rapporte Le Nouvelliste ce vendredi.

Le réseau informatique du groupe a été visé par «des logiciels malveillants, appelés malwares», selon le quotidien valaisan. Dans un communiqué daté du 23 mai, l’entreprise affirme avoir identifié «la cause profonde» du problème et avoir «pris des mesures importantes pour assurer la sécurité des employés et des installations». L’accès aux messageries des employés et les connexions aux réseaux ont été interrompus pendant une semaine. Siegfried assure avoir rapidement entamé «la restauration des systèmes».

Lire également: Du Texas à Genève, les «ransomwares» frappent. Et surtout, les victimes payent les rançons

Retard de paiement des salaires

Une restauration qui prend du temps: selon Le Nouvelliste, qui cite la direction du site valaisan, à «Evionnaz, près de 150 personnes ont été mises en récupération forcée». La production habituelle ne peut pas reprendre tant que les systèmes informatiques n’ont pas été restaurés.

Pour les mêmes raisons, certains salaires n’ont pas pu être versés, faute d’accès aux données personnelles des employés. Ces derniers ont toutefois reçu une avance sur salaire et le groupe affirme au journal qu’il sera en mesure de «régulariser la situation en début de semaine prochaine».

Il y a quelques semaines le groupe Siegfried avait annoncé avoir signé un contrat avec l’américain Novavax pour la mise en flacon du vaccin contre le Covid-19 de ce dernier.

Lire aussi: CureVac, Novavax: quels sont les nouveaux vaccins achetés par la Suisse?