Dès le 21 juillet, plusieurs dizaines de voitures d’Apple circuleront sur les routes suisses. Leur objectif sera de filmer et photographier des milliers de kilomètres de routes, ainsi que leurs alentours. Plus de dix ans après Google, son rival californien veut lui aussi enregistrer avec précision l’espace public helvétique grâce à des véhicules truffés de capteurs. Avec, en arrière-plan, plusieurs objectifs commerciaux.

A l’évidence, Apple n’a absolument aucune envie de causer le même scandale que Google. Entre 2009 et 2012, ce dernier avait suscité l’ire de nombreux citoyens et du préposé fédéral à la protection des données. La société avait été accusée, pour son service StreetView, de mettre en ligne des photos de passants et de plaques minéralogiques de véhicules, sans floutage. La multinationale avait en parallèle reconnu avoir enregistré des données sur des réseaux wi-fi privés captés par ses véhicules. L’affaire s’était terminée au Tribunal fédéral, qui avait accordé à Google une marge d’erreur de 1% dans le floutage, sous certaines conditions.