Ce sera l’un des matches à suivre ces prochains mois, voire ces prochaines années: Donald Trump parviendra-t-il à faire plier Apple? Ou ses paroles prononcées lors de la campagne pour la présidentielle vont-elles s’évanouir face à la réalité? Ces derniers mois, le président élu n’a cessé d’attaquer la marque à la pomme. Il avait d’abord appelé au boycott d’Apple, à la suite de sa décision de ne pas collaborer avec le FBI dans le cas de la tuerie de San Bernardino, en Californie. Donald Trump avait ensuite exigé qu’Apple rapatrie la production, notamment de ses iPhone, aux Etats-Unis. Et ce sous peine de taxer à hauteur de 45% les appareils produits en Chine.

La semaine passée, l’on apprenait, via son interview accordée au «New York Times», que Tim Cook avait appelé Donald Trump après son élection. «Tim, tu sais que l’une de mes plus grandes réussites sera de voir Apple construire une grande usine aux Etats-Unis, ou beaucoup de grandes usines aux Etats-Unis, plutôt que de vous voir partir en Chine.» Imperturbable, Tim Cook aurait répondu: «Je comprends.» Le directeur d’Apple n’aurait pas été plus réceptif aux promesses du président élu de baisser les impôts pour les multinationales. Autant dire que la partie est très loin d’être gagnée pour Donald Trump face à Apple.