Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le président américain Donald Trump sera en tournée européenne mi-juillet. 
© Evan Vucci/AP Photo

Commerce

Donald Trump se montre intraitable avec l’UE

Le président américain vient en Europe la semaine prochaine, mais pas en ami. En même temps, il subit lui-même la pression des industriels américains qui disent faire les frais de la guerre commerciale

Les relations transatlantiques seront au centre de nombreuses rencontres la semaine prochaine entre les dirigeants européens et le président américain, Donald Trump. En tournée européenne, ce dernier se rendra les 11 et 12 juillet au sommet de l’OTAN à Bruxelles et sera reçu le lendemain à Londres. Ensuite, il rencontrera le président russe, Vladimir Poutine, pour un face-à-face le 16 juillet à Helsinki. Dans la foulée, il accueillera le président de la Commission européenne, Jean-Claude Junker, avant la fin du mois.

Donald Trump ne vient toutefois pas en Europe dans les meilleures dispositions. «L’Union européenne (UE) nous fait probablement autant de mal que la Chine, sauf qu’elle est plus petite, s’est-il plaint dimanche dernier sur la chaîne américaine Fox News. Elle a fait l’an dernier un excédent commercial de 151 milliards de dollars. Et par-dessus ça, nous dépensons une fortune dans l’OTAN pour la protéger. Elle nous traite très injustement.»

Lire aussi: Mathilde Lemoine: «Il n’y a aucune raison que les tensions commerciales diminuent»

Menace sur l’automobile allemande

Les discussions porteront non seulement sur les taxes américaines sur l’acier et l’aluminium et les mesures de rétorsion européennes. Il sera aussi question de surtaxes que les Etats-Unis menacent d’imposer sur les automobiles européennes. Cette perspective effraie plus particulièrement l’industrie allemande. Vendredi dernier, Bruxelles a brandi la menace de taxer à son tour des produits américains importés en Europe d’une valeur de 294 milliards de dollars. Soit 19% des exportations américaines. Les Etats-Unis imposent des droits de 2,5% sur les voitures européennes, alors que les américaines qui entrent en Europe sont taxées à 10%.

Sur le même sujet: Les pays occidentaux sont au bord de la guerre commerciale

Les Européens peuvent toutefois compter sur des alliés tactiques: des industriels américains qui subissent les conséquences de la guerre commerciale. La semaine passée, le constructeur de motos Harley Davidson indiquait qu’il pourrait délocaliser une partie de sa production. Cette semaine, la presse américaine évoque de nombreuses entreprises qui se plaignent, dont Mid Continent Nail Corporation. Sis dans le Missouri, ce fabricant de clous a déjà augmenté ses prix pour répercuter la surtaxe sur ses clients.

Lire également: Donald Trump déclare la guerre commerciale mondiale

De son côté, la Chambre de commerce américaine vient de publier une analyse qui estime à 75 milliards de dollars le montant des exportations touchées par des mesures de rétorsion prises par les partenaires commerciaux des Etats-Unis. «Les tarifs commencent à avoir un impact sur les entreprises, les ouvriers, les agriculteurs et les consommateurs américains alors que les marchés extérieurs se ferment aux produits fabriqués aux Etats-Unis», a affirmé le président de la Chambre dans un communiqué.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)