Le G20 a démarré vendredi matin à Buenos Aires. Les principaux dirigeants de la planète ont rejoint sous haute sécurité Costa Salguero, le centre de congrès où se déroule le sommet. Les tensions commerciales qui planent durant cette rencontre multilatérale tranchent avec le calme régnant durant la matinée dans la capitale argentine. Vendredi a été déclaré jour férié, beaucoup d’habitants ont quitté la capitale. De plus, le gouvernement argentin a conseillé aux habitants de partir pour le week-end, car la ville est coupée en deux et les moyens de transport sont fortement perturbés.

Toutefois, cette quiétude n’a pas duré à cause des manifestations au centre-ville. Elles ont réuni des dizaines de milliers de personnes étrangères et de locaux sur un parcours qui a été négocié entre les organisateurs et le gouvernement. Patricia Bullrich, ministre argentine de la Sécurité, a prévenu que tout débordement engendrerait une réponse immédiate des forces de l’ordre.

Dîner de travail

Mais l’enjeu essentiel de ce sommet se trouve ailleurs. Samedi soir, lors d’un dîner de travail qui devrait durer 90 minutes, Donald Trump et Xi Jinping devraient négocier une trêve dans leur guerre commerciale. Ce sera la quatrième rencontre entre les deux dirigeants, mais la première depuis un an. Selon le Financial Times de vendredi, les autorités chinoises et américaines ont discuté d’un nouveau round de négociations. Toutefois, la condition préalable est le succès de la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping à Buenos Aires.

Dans ce cas, Liu He, vice-premier ministre chinois et négociateur en chef du Commerce, conduira une délégation d’une trentaine de fonctionnaires à Washington. Cette rencontre devrait se dérouler entre le 12 et le 15 décembre.

Mais durant toute cette semaine, Donald Trump a soufflé le chaud et le froid. «Je pense que nous sommes très près de faire quelque chose avec la Chine, mais je ne sais pas si je veux vraiment le faire, car maintenant, nous recevons des milliards et des milliards de dollars aux Etats-Unis sous la forme d’impôts et de taxes», a-t-il lancé jeudi face à des journalistes juste avant de quitter la Maison-Blanche et de s’envoler pour le G20. Il a ajouté: «Je ne sais pas vraiment, mais je vous dirais que je pense que la Chine veut un accord. Je suis ouvert à un accord, mais pour être franc, j’aime celui que nous avons maintenant.»

De longues négociations

En effet, des représentants des deux premières puissances travaillent depuis des semaines pour trouver les termes d’un possible accord. L’objectif serait que les Etats-Unis reportent une hausse des taxes sur les produits chinois importés en échange de concessions de la Chine. Mais Larry Kudlow, un des principaux négociateurs de la Maison-Blanche, a souligné cette semaine que Donald Trump attendait davantage de son homologue chinois afin de réaliser une percée. Il a répété à de multiples reprises qu’un accord permettant de résoudre totalement les différends commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis nécessiterait des mois de négociations difficiles.

Les principales accusations de Donald Trump contre Pékin concernent deux sujets majeurs. D’un côté, les vols de propriété intellectuelle. De l’autre, les transferts forcés de technologie par les entreprises américaines actives en Chine. Jusqu’à présent, le président américain a imposé des taxes de 250 milliards de dollars sur les produits chinois importés. Les taxes de 10% sur des produits à hauteur de 200 milliards pourraient monter à 25% dès janvier 2019. Et Donald Trump a menacé de taxer les 267 milliards de produits chinois importés restants.