Récit

Données bancaires: l’incroyable négligence d’UBS

Le mystère des données bancaires suisses saisies à Francfort en 2013 est résolu. Comment ces informations portant sur plus de 100 000 comptes se sont-elles retrouvées en Allemagne? «Le Temps» révèle la série de «graves négligences» à l’origine de ce dossier explosif

C’est l’une des énigmes qui passionnent la place financière, en particulier les avocats et les clients. Comment les autorités allemandes ont-elles pu saisir à Francfort des données sur plus de 100 000 comptes bancaires suisses, dont 45 000 détenus par des Français, durant l’été 2013? Ce mystérieux point de départ a donné lieu à une saga internationale, qui dure encore. L’Allemagne a transmis ces données à plusieurs pays européens, qui les ont utilisées pour pourchasser les fraudeurs fiscaux. Et tout cela à cause de trois grossières négligences, qui paraissent trop énormes pour être vraies, révèle Le Temps, sur la base de documents inédits.

Le ciel est dégagé et le soleil radieux sur Francfort en ce mois de juillet 2013 lorsque des officiers du parquet de Bochum pénètrent dans le siège d’UBS à Francfort. Cette descente aux numéros 2-4 de la Bockenheimer Landstraße ne doit rien au hasard. Depuis 2010, le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a acheté des CD de données bancaires qui montrent que des Allemands dissimulent leurs avoirs auprès de la première banque suisse.