Technologie

Des données de Serafe accessibles depuis la Nouvelle-Zélande

Des développeurs de la nouvelle société chargée de percevoir la redevance radio-TV ont accès à des données stockées en Suisse

Serafe, des millions de Suisses commencent à connaître son nom. Le nouvel organe de perception de la redevance radio-TV a succédé le 1er janvier dernier à Billag. Serafe vient d’adresser ses premières factures à 3,6 millions de ménages. Or une partie des informations de ses clients – noms, adresses, etc. – sont accessibles par des employés basés en Nouvelle-Zélande.

L’entreprise évoque le lien avec ce pays sur son site, dans la partie intitulée «Déclaration de protection des données». «Serafe traite les données personnelles principalement en Suisse, écrit la société. Si des données personnelles sont transférées vers l’étranger, Serafe veille à ce que le pays destinataire dispose d’une législation appropriée en matière de protection des données. […] Le prestataire de services informatiques de Serafe a une filiale sise à Auckland en Nouvelle-Zélande.»

Profiter du décalage horaire

Des données de clients suisses sont ainsi communiquées à l’étranger, écrit la société. «Les collaborateurs de cette filiale doivent avoir accès aux systèmes de Serafe en Suisse notamment pour des prestations d’assistance et de maintenance, mais également pour d’autres travaux, et peuvent ainsi avoir accès aux données personnelles», explique la société.

Sur le même sujet: Redevance radio-TV: on passe de Billag à Serafe, et c’est un peu la gabegie

Serafe, basée à Zurich, appartient à la société Secon, dont le siège est situé à Fehraltorf (ZH), à quelques kilomètres de sa filiale. Secon, fondée en 1979, est spécialisé dans les logiciels administratifs. Pourquoi travailler avec des ingénieurs basés à Auckland? «Secon compte une vingtaine de développeurs, dont environ la moitié est basée en Nouvelle-Zélande, répond un porte-parole de Serafe. Grâce au décalage horaire de douze heures, nous pouvons ainsi travailler quasiment 24 heures sur 24. Mercredi, nous avons eu une séance qui s’est terminée à 19h. Nous avons immédiatement envoyé des instructions à Auckland pour que des développements y soient faits, et qu’ils soient prêts lorsque les ingénieurs suisses ont repris le travail ce matin.»

Stockage en Suisse

Les données des clients sont stockées en Suisse, assure le porte-parole. Mais les développeurs néo-zélandais y ont parfois accès, notamment lors de tests sur des mises à jour de logiciels. «Nous respectons la loi suisse sur la protection des données, nous avons en interne une responsable en la matière et les échanges entre Zurich et Auckland sont sécurisés», assure le porte-parole. Les développeurs néozélandais n’ont pas accès qu’aux données de Serafe. Secon compte parmi ses clients plusieurs caisses maladie, dont Helsana, Atupri ou Galenos.

Lire aussi: La TVA perçue sur la redevance radio-TV devrait être remboursée aux ménages

Serafe a beaucoup fait parler d’elle ces derniers jours, des clients ayant reçu leurs premières factures avec des erreurs: certaines factures comportaient le nom du locataire précédent de l’appartement, d’autres jusqu’à 18 noms, d’autres enfin les noms des locataires de tous les appartements du palier. «Nous sommes dépendants des informations que nous envoient les communes les premiers jours de chaque mois, avance le porte-parole de Serafe. Nous espérons que, ces prochains mois, nous recevrons des informations plus précises. Nous discutons aussi avec l’Office fédéral de la communication (OFCOM) pour trouver une solution.» Serafe affirme que sur les 3,6 millions de factures envoyées début janvier, seulement quelques milliers – sans donner de chiffre plus précis – comportaient des erreurs.


Nouvelle mesure annoncée jeudi

Le 22 janvier, l'OFCOM, Serafe, l'Association suisse des services des habitants ASSH, ainsi que des représentants de communes et de cantons ont tiré un premier bilan et élaboré des mesures pour soulager les contrôles des habitants. Décision a été prise que Serafe sera désormais le point de contact pour toutes les questions concernant les factures de la redevance de radio-télévision. Une mention dans ce sens figurera sur les factures envoyées par Serafe dès février 2019, a annoncé jeudi l'OFCOM. (LT)

Publicité