La conseillère fédérale constate la détérioration de la situation

Doris Leuthard a saisi l'occasion de sa présence chez Aldi mercredi pour faire le point sur la situation économique. La ministre de l'Economie s'attend à une croissance «sensiblement inférieure à 1%» l'an prochain (contre 1,3% auparavant), mais maintient une prévision de taux de chômage à 2,7% (+ 0,2% comparé à 2008).

Elle estime qu'en dépit du net ralentissement des échanges commerciaux en septembre, avec un recul de 2,2% du niveau des exportations, le premier depuis janvier 2005, un plan de relance conjoncturel n'est pas d'actualité. «Les carnets de commande sont pleins, malgré les titres pessimistes des journaux», constate Doris Leuthard, tout en admettant l'apparition de premières difficultés dans les secteurs des textiles, d'une partie de l'industrie chimique, et de quelques entreprises du secteur des machines.

Le programme ordinaire plutôt qu'un plan de relance

La conseillère fédérale juge cependant nécessaire d'accélérer le programme «ordinaire» de croissance décidé par le gouvernement pour les années 2008 à 2011. Il comprend notamment la simplification des règlements de construction et l'allégement des contraintes techniques et administratives auxquelles sont soumises les entreprises.

L'autre volet, international, consiste à conclure au plus vite un accord agricole avec l'Union européenne (UE), qui devrait s'étendre aussi aux semences, aux machines agricoles et aux produits laitiers transformés. Cet accord est qualifié de «priorité politique». «Nous devons poursuivre sans fléchir sur la voie bilatérale avec l'UE dans laquelle nous sommes engagés, en particulier en ce qui concerne la libre circulation des personnes», ajoute la ministre de l'Economie.

L'aide aux entreprises doit donc, selon elle, rester indirecte et se manifester via l'amélioration des conditions-cadres.