Les opérateurs de téléphone mobile ont été relativement discrets sur ce sujet. Mais la semaine passée, ils ont subi une défaite de justesse à Berne. Alors que le Conseil national avait accepté d’assouplir les valeurs limites du rayonnement des antennes, le Conseil des Etats, par 20 voix contre 19 (3 absentions), a décidé du contraire.

Les citoyens suisses n’ont pas à se plaindre. Le rayonnement actuel maximal autorisé est toujours dix fois inférieur aux normes européennes. Et les réseaux suisses sont parmi les meilleurs du continent. Mais attention, avertissent les opérateurs, la croissance du volume de données à transmettre est telle qu’il faudra prendre des mesures.

Faire prévaloir le principe de précaution

En attendant, c’est le principe de précaution qui est valable. On peut le saluer. On peut aussi rappeler que si les antennes émettent des ondes, les téléphones sont les premiers responsables. L’on sait depuis des années que téléphoner en voiture ou en train est à bannir, vu le rayonnement auquel s’expose ainsi le consommateur dans un espace métallique confiné. A l’extérieur, au bureau ou chez soi, les kits mains libres sont à privilégier. Et sur la table de nuit, le smartphone doit être éteint. Ou en tout cas mis sur mode avion. Pour éviter une exposition accrue aux ondes… et pour passer une nuit sereine.