Opinion

Douze milliards pour les fonctionnaires genevois: cela suffit!

Maxime Morand, Daniel Schmid et Nicolas Bonnet publient ici une lettre ouverte aux membres des conseils de fondation de la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève et autres conseils de fondations para-étatiques, ainsi qu’aux autres fondations dans la même situation

Les votations du 19 mai 2019 sur la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG) ont fait signer, à tous les citoyens et citoyennes, un chèque d’environ 4,8 milliards de francs en faveur des employé-e-s, cadres et directeurs-trices des organismes étatiques concernés (environ 48 000 personnes). Les citoyennes et citoyens ne le savent peut-être pas: la votation qui nous a été soumise est une tromperie. Elle a laissé à penser que l’argent versé va solutionner les problèmes de ce système de prévoyance alors qu’il n’en est rien.

Saine pression de Berne

La saine pression de la Confédération pour une couverture de 80% en 2052 des engagements des caisses de pension publiques a mis à découvert une dette genevoise supplémentaire dont la traite va maltraiter notre génération et celles de nos enfants et des enfants de nos enfants. A noter que les contribuables ont déjà souverainement donné 7 milliards pour les 40 années suivantes lors de la fusion des caisses de pension.