Les sénateurs américains enquêtent depuis plusieurs mois sur la pratique des correspondants bancaires, qui permettent à des sociétés offshore, à la réputation médiocre, d'ouvrir des comptes dans les grands établissements. L'exemple de la Guardian Bank, aux îles Cayman, est éloquent: de l'aveu de son directeur, cette entreprise n'était qu'une lessiveuse servant à recycler l'argent des fraudeurs fiscaux américains. Le banquier aidait ses clients à fabriquer des entreprises fictives chargées de brouiller les pistes. Parmi les correspondants favoris de la Guardian Bank figurait le Credit Suisse de Guernesey. Utiliser les services de cet établissement permettait d'empêcher les enquêteurs américains de mettre la main sur des documents compromettants.

De nombreux millions de dollars soustraits au gouvernement américain auraient ainsi transité par la banque suisse.